Pistes noires

19 kilomètres de glisse hier à Hunter Mountain, station sympathique mais à laquelle je ne reviendrai probablement pas de sitôt: trop petite, trop peu de pistes noires. Cette opinion diverge de celle que j’avais l’année dernière.

Ce fut mes premières pistes noires, mais je n’ai eu aucun problème à les descendre. Genre, facile. Bon, mon pote qui fait du snowboard depuis 10 ans et beaucoup de snowboarders vont bien plus vite que moi, mais j’arriverai à la même vitesse avec un peu plus de pratique. C’est vraiment un sentiment très agréable de dévaler ces pentes très inclinées.

Je ne suis tombé qu’une fois, la faute à beaucoup trop de monde sur les pistes, sans doute la faute aux jeux olympiques (encore un défaut des jeux olympiques).

Il y a eu pas mal de fois où le snowboard a accroché à la neige, mais j’ai toujours récupéré le truc. Il y a un an, dans les mêmes situations j’aurais planté le snowboard et je me serais retrouvé la face dans la neige. Là, j’ai un sentiment de top-speed à la Teg dans les hérétiques de Dune. Quand un problème arrive, j’ai le temps de le réparer avant de me vautrer. Encore un peu de pratique, et je n’y penserai même plus.

Donc, pour ceux intéressés par le snowboard, voyez, une dizaine de séances et les pistes noires seront à vous. Même pas besoin de prendre de cours si ça vous gonfle.

IMG_0521

Leave a Reply

Your email address will not be published.