Tag Archives: Maladie

Asthme: la plaie

Notre pauvre bébé souffre d’asthme, et c’est une plaie. Aux dires du toubs et de la crèche, il y a “beaucoup” (pas de chiffres) de bébés atteints d’asthme, leur nombre est en nette augmentation (on ne sait ni de combien, ni depuis quand, bref rien de concret). Donc le toubs ne s’inquiète pas outre-mesure, même s’il nous dit de bien le surveiller (concrètement, qu’on m’explique ce que ça veut dire!).

Le toubs nous a dit que l’asthme chez les bébés était fréquent car leurs “tuyaux d’aération” sont tellement petits qu’ils se bouchent comme un rien (si avec une explication aussi facile il me prend pas pour un con!…). Et que fréquemment, l’asthme disparaît quand le bébé devient un grand enfant (c’est à dire à quel âge? Il n’a pas dit), si on lui fait bien prendre le médicament qu’il nous donne, à venir chercher tous les mois.

Mais on a beau lui faire prendre son médicament quotidien (on ne l’oublie jamais), il fait encore parfois de l’asthme, toujours déclenché par un rhume/bronchite, etc. C’est le cas depuis deux jours. Ryu a un rhume apparent (il coule du nez), mais pas de fièvre ni de toux. Mais il fait de l’asthme. Ça s’est tellement empiré que la nuit dernière il s’est réveillé à force de manquer de s’étouffer. L’asthme ne m’a personnellement jamais ennuyé plus que ça, sauf lors de crises qui ne veulent pas passer malgré mes médocs, mais le voir chez son enfant, c’est une toute autre histoire.

Bon, visite chez le toubib ou l’emploi d’un nébuliseur a vaguement amélioré son état. Il faut qu’on en achète un selon le toubib, puisque Ryu en a besoin assez souvent pour en justifier l’achat (12000 JPY il paraît, soit environ 100 euros). Pas remboursé à priori.

Est-ce que l’asthme va passer quand Ryu va grandir? Je sais pas, mais j’ai un mauvais pressentiment. Entre les explications débiles de pourquoi beaucoup de bébés en font, et la ferme impression que l’asthme ne disparaît pas quand l’environnement ne change pas, je n’arrive pas à croire que l’asthme de Ryu disparaîtra un jour (à moins qu’il change d’environnement). Quelqu’un a-t’il une quelconque expérience sur le sujet?

Tous malades!

Ça a commencé par Ryu qui nous a fait des diarrhées pendant tout le week-end. Puis moi qui ai vomi lundi matin, suivi d’une fièvre à 38゜. Puis Yukiko y est passée aussi.

Là où probablement en France on aurait diagnostiqué une gastroentérite, au Japon on nous a diagnostiqué un virus de Norwalk. C’est une gastroentérite, quoi.

Ma fièvre a disparu dans la journée, comme me l’avait prédit le toubib. Je suis donc retourné travaillé le lendemain. C’est pas que j’en avais envie, vu l’état vaseux dans lequel j’étais, mais c’est pas non plus que j’avais le choix 😉

Tout en sachant que le toubib m’a bien dit que ma gastro était transmissible pendant 3 jours (un postillon et hop!). Et le toubs de Yukiko (qui est aussi le pédiatre de Ryu) lui a dit que “pour le bien de la société (comprendre “des autres”), les malades de gastro devraient se reposer au moins 3 jours.”.

Le jour où je suis dans une boite qui donne des congés maladie, promis juré, je respecte ce conseil avisé. Mais en attendant, du moment où je peux tenir debout, je vais travailler. Quitte à me prendre des remarques quant à mon manque de civisme (pour information, le civisme, c’est prendre de ses jours de congés payés, pour empêcher que les autres tombent malades, tout en faisant son travail de chez soi pour ne pas demander à ses collègues de nous remplacer).

C’est là où on regrette tout un éventail d’expressions françaises qui véhiculent toute une culture.

Par exemple: “tu sais où tu peux te le mettre mon civisme?”.

Maladies-croisées

…pour changer des mots-croisés.

En 9 lettres donc, orthophoniquement rappelle un problème de veines trop apparentes, et une certaine marque de piles au petit lapin rose qui bat du tambour. Se manisfeste par des boutons rouges sur tout le corps, qui a terme explosent en pus, et qui, s’ils sont grattés, laissent des cicatrices. Exemple de ces boutons rouges:

vari

La bonne réponse était: la varicelle. (chickenpox en anglais, je l’ignorais, et 水疱瘡 [mizubōsō] en japonais, celui-ci je le connaissais)

Trois mois après la pneumonie, Ryu a donc la varicelle. On attendait quelque chose du genre, voire même pire, on se disait qu’on était trop au calme ces derniers jours, quelque chose clochait.

Le toubs m’a demandé si on avait vacciné Ryu contre la varicelle. Perso, j’ignorais même totalement qu’il existe un vaccin contre la varicelle. On l’a bien vacciné contre plein de trucs, mais pas contre la varicelle.

Bref. Ryu coincé à la maison pendant une semaine, ma belle-mère vient demain pour nous le garder trois jours. Ryu a la forme, en dehors de quelques démangeaisons qui le rendent dingue par moments, et du fait qu’il dorme mal.

Ryu n’est pas sorti d’affaire

New flash hier après-midi; Ryu a 40゜ de fièvre (40,2゜ pour être précis). Le matin même, avec un 36,8゜, le docteur disait que Ryu n’avait rien, ou du moins juste un petit rhume (dû au nez qui coule).

Le plus fort quand Ryu a atteint les 40゜, c’est qu’il jouait, gambadait et buvait son lait comme si de rien n’était (paraît-il). C’est possible, ça? Un bébé de 1 an, avec 40゜, qui ne ressent rien de sa fièvre?

Retour chez le pédiatre (près de chez mes beaux-parents, donc un toubs qu’on ne connaissait pas), qui dit que c’est rien a priori (mais comment voulez-vous faire confiance aux toubs avc des commentaires pareils?). Il teste pour la grippe: négatif. Alors il a donné un médoc pour faire baisser la fièvre, en précisant que du moment où la fièvre aurait baissé, il fallait arrêter de lui donner le médicament. En fait, il n’a donc donné aucun traitement, car il ne sait pas ce que Ryu a, quoiqu’il soupçonne que ce ne soit rien, et que ce ne soit qu’une poussée de fièvre spontanée. Dans le genre…”Tiens j’ai un peu froid, on va monter la température du corps à 40″. Des poussées de fièvre spontanées à 40゜, vous en avez déjà entendu parler, vous?

Chose amusante (pas vraiment en fait, je précise), Yukiko avait pris sa matinée pour accompagner Ryu chez le pédiatre. Puis elle a pris le train et après 1h30 de trajet, elle est arrivée à son boulot. C’est alors que sa mère l’a appelée pour l’informer que Ryu avait 40゜. Yukiko a alors pris sa journée entière en congé, a immédiatement repris le train, et a refait 1h30 de trajet pour rentrer chez ses parents. Elle est pas belle, la vie?

30 minutes après avoir pris le médoc donné par notre sympathique pédiatre, la fièvre a disparu (Ryu s’est alors écroulé de fatigue et a fait une sieste de 4 heures). Maintenant, tout va bien, mais on espère que le lendemain (aujourd’hui) il n’aura pas de poussée de fièvre. Selon le toubs, si ce n’était qu’une poussée spontanée, il ne devrait pas y avoir de fièvre le lendemain. Mais si il y a de la fièvre, retour chez le pédiatre (en passant au distributeur avant) pour de nouveaux examens.

Malade(s)

Il y a environ 3 semaines, Ryu était franchement malade. Rien de grave, juste un gros rhume et une otite qui lui ont déformé le visage  l’espace de quelques jours (j’ai des photos affreuses que je ne publierai pas) et l’ont empêché de dormir paisiblement. Ça nous a empêché d’aller prendre une photo pour son anniversaire d’ailleurs (pas grave).

Il y a un peu plus de deux semaines Yukiko est tombée raide malade, d’un coup. Pendant le week-end, c’est fort, elle n’a perdu qu’une demi-journée de congé. Car elle s’est redressée en deux jours. Ça a fait bang! (la chute) puis hop! (une détente sèche).

Et moi, donc, mercredi dernier, ça a fait bang! Le toubs pas affolé car ça ressemblait à un rhume quelconque. Et comme d’habitude (je vais finir par déposer un brevet), non seulement je n’ai pas guéri, mais en plus ça s’est nettement aggravé. Gros mal de gorge (rien que respirer par la bouche me faisait mal à la gorge, alors je ne vous raconte pas la déglutition de liquide ou de bouffe), et 38,5゜. Pendant trois jours. Oh, j’ai bien été revoir le toubs qui m’a gardé 3 heures entre sa salle d’attente comble, le test de grippe (négatif) et finalement une perfusion assez longue, et qui a un brin paniqué quelques dizaines de minutes, car selon ses dires “c’est une maladie complètement différente de celle de mercredi dernier”, et en regardant au fond de ma gorge m’a gratifié d’un “Eurk, c’est vraiment dégueulasse là-dedans” (euh…oui, t’es gentil, mais qui c’est qui participe à l’achat de ta Porsche?). Bon, j’avais une inflammation purulente paraît-il. Sympa. J’en ai juste un peu marre d’aller voir un toubs pas pour un rhume apparemment de rien mais parce que je sens que je vais pas bien, de me faire donner des médicaments qui font tellement peu d’effet qu’ils font de la concurrence à un placebo, et de me retrouver deux jours plus tard avec un truc qui fait halluciner le toubs et me plante au lit grave. Ça fait 10 ans que je leur dis à tous ces putains de toubs que je vais voir ce qui se passe dans la majorité des cas, mais ils n’en font qu’à leur tête, et ils me décalquent la mienne.

Je me retrouve à dire à ma boite le premier jour “j’ai un rhume, je prends la journée”, et 5 jours plus tard, ils commencent à se dire que je leur raconte des conneries, parce que personne ne se repose 5 jours pour un rhume. C’est amusant d’ailleurs de voir la réaction des collègues. En grosse majorité, c’est “j’en ai rien à foutre” (c’est ma réponse favorite), il y a quelques “prends soin de toi, reposes toi bien et ne reviens que quand tu n’es plus contagieux. Pas la peine de faire trop d’efforts et de revenir trop vite, hein?”, et il y a bien sûr quelques “prends bien soin de toi”. Mon chef est le plus comique, avec un magnifique “arranges-toi pour faire ton travail de chez toi, ou alors fais-nous un rapport précis et détaillé de ce qui peut se passer comme problème en ton absence avec tes clients”. Je lui ai bien dit que si je connaissais par avance les problèmes qui peuvent arriver dans le futur, j’en aurais pris soin sans attendre, mais on dirait que je ne l’ai pas bien convaincu. Alors en fait, j’ai bossé de chez moi un bon mi-temps pendant ces jours à 38,5゜, tout en prenant des jours de congé (3,5 jours) parce que je n’étais pas physiquement à la boite. Je vous ai dit que j’ai comme des problèmes avec mon chef en ce moment? Ah, c’est une longue histoire, que je n’ai pas le droit de vous raconter pour cause de clause de confidentialité qui précise bien sur 10 pages que je n’ai le droit de ne rien dire de mon travail (mon contrat de travail ne faisant lui que 2 pages, vous comprendrez l’importance qu’ils accordent à cette clause de confidentialité).

Vers la fin de ma période semi-comateuse, Ryu a repris le relais. Un peu de fièvre, un peu de nez qui coule, et hop! bang! une crise nocturne où on avait l’impression qu’il s’étouffait. On fait un bond aux urgences pour finalement découvrir que ce n’était que les écoulement nasaux qui s’étaient faits dans le mauvais sens et avaient un peu obstrué sa gorge (au lieu de s’écouler à l’extérieur, ça s’écoulait à l’intérieur…je vous dis ça, mais je suis sûr que vous n’avez pas pensé que sa morve avait remonté le long de ses tempes pour aller sur son cuir chevelu). Rien de grave, mais un gros rhume arrive, en parallèle de l’arrivée du typhon de la demi-décennie (il y a des détails que des journalistes donnent, je vous jure!). Avec tous les jours de congé (qui n’avaient rien de vacances) qu’on a pris dans les 3 dernières semaines, ça devenait difficile pour nous de demander de prendre encore des congés cette semaine pour Ryu, alors on l’a amené chez ses grand-parents lundi. Yukiko va y rester toute la semaine avec Ryu, mais elle ira travailler en journée. Moi je suis seul à la maison, je garde les chats.

On espère que Ryu va se remettre d’aplomb rapidement, le pauvre bonhomme a bien assez morflé comme ça ces derniers mois, mais on a bon espoir. En tous cas, il n’y a rien de grave pour aucun de nous trois, ouf. Juste un peu de manque de confort…

Je suis encore un peu dans les vaps de mes 5 jours planté au lit, mais je me remets bien. J’ai comme des douleurs fantômes dans la gorge, mais ça va. J’ai surtout la haine en fait.

Sortie de l’hôpital

Ryu est sorti samedi matin, apparemment en pleine forme et débordant d’énergie. Il passait rapidement d’une humeur gaie à une grosse crime de larmes quand une infirmière le touchait (pour lui enlever un pansement par exemple), mais en dehors de cette perte de confiance dans le personnel médical, ça allait bien.

La semaine fut difficile, comme je l’ai raconté précédemment. Au moins ses deux otites sont complètement guéries (après analyse, il n’y a plus d’infection dans les oreilles), mais ça lui aura coûté entre autres de se faire percer les deux tympans. Le plus difficile fut sans doute les poses de perfusion, que Ryu arriva à retirer 4 fois par lui-même peu de temps après. Ses bras sont couverts de bleus et de trous. En fait il a tellement de trous qu’on dirait Jésus Christ.

Il semble même qu’ils aient raté la veine une fois mais ne s’en soient aperçus que plus tard. Après rectification de leur erreur et sur grognement de plainte de Yukiko, l’infirmière minimisa la chose en précisant que “si ils avaient complètement raté la veine, ce qu’ils lui avaient injecté ne serait pas rentré”. Le personnel médical sait voir le côté positif des choses…quand il s’agit de leur boulettes. C’est d’ailleurs à cette infirmière que Ryu saisira le masque, le tira et… le relacha. Après “Scratch l’escargot” et “Paf le chien”, voici l’histoire de “Splatt l’infirmière”.

Rendez-vous pris pour vendredi prochain, avec radio à prendre pour suivre l’évolution de la pneumonie et vérifier qu’elle disparaît. Yukiko a lié de bons contacts avec sa voisine de chambre et elles ont échangé leurs emails. La voisine avait un bébé de 7 mois qui avait a-priori un bien plus gros problème que Ryu (crises épileptiques), mis en évidence par un MRI, mais avec une cause incertaine. Pauvre bébé.

Pour info, la semaine d’hospitalisation aura coûté environ 10000 JPY (75 €), dont 8000 JPY pour Yukiko (la location de son lit de camping et sa nourriture au lance-pierres). Une paille, vu tout ce qui a été fait.

Ryu est en forme, et le premier jour à la maison, il n’a pas arrêté (sauf pour la sieste!) de gambader et s’amuser. Cette video vous montre son humeur.

Visite à Ryu

Petite visite à Ryu et Yukiko aujourd’hui. Entre les inhalation, pose de perfusion que Ryu avait arrachée, scéance stéthoscope, je n’ai pas eu beaucoup beaucoup de temps à passer avec Ryu pour la demi-heure où j’ai pu me rendre à l’hosto. Mais c’est toujours mieux que rien, je suppose.

Ryu devrait finalement sortir samedi. Yukiko a eu la bonne idée de réserver la crèche médicalisée près de chez nous pour la semaine prochaine; ils n’ont que 4 places, alors il faut s’y prendre à l’avance pour en avoir une. Cette crèche est en fait une clinique (publique) qui garde les enfants malades de parents qui travaillent. Il faut également un certificat médical pour y avoir une place.

On dirait Cobra avec son bras comme ça. Heureusement que ça n’a pas l’air de le déranger.

La suite des aventures de Ryu

En 24h, les symptômes du pseudo-rhume de Ryu ont disparu. Le toubib habituel, en 10 jours, aucune amélioration. L’hôpital, en 24h, symptômes disparus. Ryu n’est pas guéri pour autant, mais au moins il respire mieux et dort mieux.

D’après l’hôpital, la tâche dans les poumons de Ryu devrait disparaître en 3 semaines. Mais que va-t’on bien pouvoir faire les jours suivant sa sortie de l’hôpital? Je nous vois mal le ramener à la crèche. Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée de le confier aux parents de Yukiko, car ils vont avoir du mal à tenir le rythme de s’occuper de Ryu pendant une semaine.

Aujourd’hui, je n’ai pas pu aller à l’hôpital, merci au boulot qui me fait faire plein d’heures supp ces dernières semaines (putains de cablo-opérateurs vietnamiens qui se font la guerre pour des histoires de territoires). Alors j’ai dû me contenter du téléphone.

Yukiko va bien, du moins ça a l’air. Elle a dû devenir claustrophobe je suppose, vu leur petite chambre et le lit pliable de camping sur lequel elle doit dormir.

Photo de portable…affreuse qualité. De toute façon, je ne pense pas que ce soit le genre de photos qu’on veuille garder et imprimer, alors ça fera l’affaire.

Des (mauvaises) nouvelles

Ryu est malade.

Le 17 juillet, la crèche nous appelle pour dire que Ryu a une poussée de fièvre. 37,5゜, c’est pas trop grave. Le soir on va voir la toubib, et le lendemain matin sa température redevient normale. L’après-midi, on ira d’ailleurs au matsuri de la crèche. La fièvre reviendra le soir, pas bien haute encore. Dimanche, pas de fièvre le matin, et retour d’une petite fièvre le soir. Le lundi, férié au Japon, pas de fièvre pendant la journée, mais un bon 38゜ le soir. On décide de ne pas l’amener à la crèche, Yukiko prend un jour de congé.

Mercredi, la mère de Yukiko vient nous garder Ryu. Pas de fièvre dans la journée, mais il monte à 39゜ d’un coup vers 17h. Panique à bord, la mère de Yukiko l’amène chez le même toubib que d’habitude (un gros ponte local de pédiatrie, connu, qui a écrit des bouquins, qui est recommandé par la mairie, etc). Le toubib pas inquiet, diagnostique une otite par dessus le thume déjà trouvé précédemment. Pas de besoin de médicament, ça guérira tout seul quand le rhume sera guéri, car la cause se trouve dans les écoulements nasaux qui vont dans l’oreille et l’infecte (il y a un conduit entre le nez et les oreilles figurez-vous, pour aider à réguler la pression dans les oreilles). Il prévient que la fièvre va faire des hauts et des bas, et demande à ce qu’on revienne le voir en fin de semaine.

On accompagne Ryu chez ma belle-famille (150 km pour ma pomme à traverser Tokyo dans un sens puis dans l’autre un mercredi soir…total environ 3h-3h30 de route, retour à la maison à 1h du matin sans Yukiko qui est restée logée chez ses parents, tout en allant travailler jeudi et vendredi). Je suis allé chercher Yukiko et Ryu le samedi matin, et mes beaux-parents étaient rincés de s’être occupé de Ryu pendant 3 jours.

Jeudi et vendredi, aucune amélioration dans la santé de Ryu; la fièvre oscille en permanence entre 37゜ et 38,5゜ sauf le matin. Le nez bouché en permanence, Ryu dort mal, tousse de folie et fait un drôle de bruit quand il respire (genre le même bruit que lors d’une crise d’asthme). Samedi matin, on retourne voir notre toubib habituel. Qui persiste dans son otite, sans plus d’explication. Il prescrit les mêmes médicaments depuis 10 jours, ne nous dit pas combien de temps cet état est censé durer, bref ne nous renseigne sur rien. Sa salle d’attente est pleine à craquer en permanence (on n’a jamais attendu moins d’une heure dans sa salle d’attente), et il n’a qu’une envie, passer au client suivant. On a le temps de demander l’origine du bruit de la respiration de Ryu, et il nous répond que c’est dû aux écoulements nasaux dans la gorge. Son stéthoscope ne décèle en effet rien d’anormal dans les poumons.

Et enfin, la fièvre de Ryu va disparaître le restant du samedi et dimanche. Le nez plein, les toussements, la respiration bruyante sont toujours là, eux, quoiqu’on croit déceler une légère amélioration. Alors on emmène Ryu à la crèche lundi (27 juilllet donc, 10 jours se sont écoulés depuis les premiers symptômes). La crèche appelle Yukiko en début d’après-midi car Ryu a 38゜ de fièvre. Yukiko emmène Ryu aux urgences de l’hôpital Rosai, l’hôpital où elle a accouché l’année dernière. Le Rosai, je le rappelle, est un hôpital “comme chez nous”, un CHU énorme avec tous les services possibles et les docteurs qui vont avec.

Le toubs des urgences examine Ryu. Ryu est en forme, mais il est toujours en forme quelque soit sa température (à 39゜ il gambadait encore à 4 pattes après les chats).

Le toubs: “Ça a l’air d’aller bien, en dehors des symptômes de rhume et d’otite…vous dites que ça fait 10 jours que ça dure? Uhm…on fait une radio et une prise de sang pour s’assurer que tout va bien?”

Bien sûr, on n’attendait que ça, que quelqu’un vérifie que tout aille bien (ou pas).

Résultat de la radio: tâche sombre dans les poumons.

Le toubs: “Ah…ch’est pas bon, cha. J’ai une idée de ce que c’est, mais on va vérifier avec l’examen sanguin, hein.”

Ryu a une pneumonie.

Le toubs: “Ah bah, on va vous le garder en fait. Combien de temps? Oh, 7 jours. Minimum. Sans doute 7 jours, mais minimum 7 jours. Maximum? Oh, 10 ou 11 jours.”

Yukiko va rester avec Ryu à l’hôpital toute la semaine. Ils ont fait un peu la gueule dans sa boite quand elle leur a téléphoné pour leur dire, mais c’était sans doute la surprise. Je suis passé les voir ce soir, et j’ai pris la relève de Yukiko (si on peut dire) pour 1h30, le temps qu’elle aille prendre toutes les affaires nécessaires pour son séjour d’au moins une semaine.

Pendant cette heure et demie, Ryu s’est pris quelques traitements…genre une inhalation de 5 minutes (il n’a pas aimé) et une aspiration de tout ce qu’il y a dans le conduit nasal…le tube qu’on lui a enfoncé allait bien profondément. D’après l’infirmière, c’est quelque chose de douloureux qu’elle lui a fait. Et on va lui faire quelques fois par jour cette semaine. Et puis il y a la perfusion aussi; d’après Yukiko, il n’a pas aimé quand on lui a posée. Pauvre bonhomme.

Ryu devrait sortir dimanche si tout se passe bien.

Dernières news

J’ai pas mal de retard dans l’écriture du blog, désolé…pour info il y a une bonne dizaine de films et/ou séries dont je n’ai pas encore fait la critique, ça fait donc environ 3 articles à venir sur le sujet…je vais essayer de ne pas les publier à la suite :wink:

J’ai salement morflé au travail ces derniers temps (gros projet chronophage), j’avais perdu l’habitude. Au moins, j’ai eu l’occasion de devoir me lever à 5h, et de prendre le train à 5h30…et bien, les trains sont déserts à cette heure-là. Même dans les express, on trouve des places assises. Ça me donnerait presque envie de tenir ce rythme tous les jours…si la boite me permettait de partir plus tôt du boulot. ‘Va falloir que j’en discute avec mon boss, même si je doute qu’il apprécie. A voir.

Sorti du travail, j’ai pris un sale microbe en fin de semaine. Je n’ai eu que 38 de fièvre, mais elle m’a clouée au lit jeudi soir, vers les 20h. Je suis allé au boulot normalement le lendemain matin (rencontre avec le client oblige, dommage pour lui). Evidemment, j’ai eu ma phase hinketsu (comment dit-on en français? Vous savez, c’est quand on voit tout blanc et que..bah, on s’écroule!). Si vous avez vu un gars tout pâle accroupi contre le mur dans la station de Roppongi, c’était moi! J’étais pas fier. La nuit, j’ai dormi 10 heures, et samedi j’ai fait deux siestes de 3 heures. Samedi soir, j’ai vu Saw 5, et dimanche, j’étais guéri (pas de rapport avec Saw 5 à priori). Ouf.

Ce rhume, c’est Ryu qui me l’a refilé, j’en suis sûr. Depuis qu’il est entré à la crèche, il est tombé malade 3 fois. En 3 semaines. Il y a eu une ou deux nuits pénibles pour lui (et pour nous aussi du coup).

Plus qu’une semaine avant la Golden Week. Je prends deux semaines sauf deux jours en plein milieu. Mes parents arrivent le week-end prochain.

Rhube

Ryu s’est bien remis de sa gastro…et a enchainé sur un rhume qui lui fait déverser des litres de secrétion nasales. On (surtout le toubs) lui a tellement trituré le nez, que maintenant quand on approche la main de son nez, il tourne la tête dans tous les sens et bat des mains pour nous empêcher de le toucher :lol: Pauvre bout’chou.

Yukiko préférait cette photo…

Alors maintenant on a un liquide à lui faire boire, plusieurs fois par jour. Mais oh! bonheur, tout ce qui traine à portée de Ryu, il le porte directement dans sa bouche, même si c’est un médicament. Alors on n’a aucun problème à lui faire boire, en particulier avant son biberon.

Ça n’a rien à voir avec son rhume, mais remarquez que Ryu a été capable de porter un senbei (biscuit de riz) à sa bouche et de le manger tout seul. Enfin un bout d’un senbei, car en entier c’était un peu trop pour lui.

Et demain…premier jour de crèche. Il est parti pour 60 ou 70 ans à devoir aller quelque part tous les jours en dehors des vacances et congés…crèche, école, université, travail…Ça fait quèk’chose.

Amélioration → Détérioration → Amélioration

Il suffit que je fasse un article spécifiant que Ryu va mieux, pour que son état s’aggrave.

Aujourd’hui, montée de fièvre à 38゜, vomissements jaunes, et de nouveau utilisation intempestive de couches. Yukiko ne suporte plus le toubs pour enfants près de chez nous (qui fait attendre une bonne heure en salle d’attente, même avec rendez-vous, et avec des infirmières qui lui disent “de ne pas donner à manger à Ryu avant que le docteur ne le reçoive”…comment on fait pour refuser de donner à manger à un bébé de 6 mois quand il a faim, pendant une heure, dans une salle d’attente d’un cabinet médical? Elles ont jamais eu d’enfants ou quoi?), alors elle est allée à l’hôpital (le gros dans lequel elle a accouché).

Bon…il n’y a pas encore de quoi s’inquiéter qu’on lui a répondu, mais “prenons un rdv pour demain des fois que la situation ne s’améliore pas”. On a déjà l’impression d’avoir entendu ça quelque part…mais finalement, la fièvre est tombée à 37゜ (température normale du corps: 36゜2), et les vomissements ont disparu.

A suivre.

Que faire quand son dragon est malade?

La réponse facile: on l’emmène chez le médecin.

Ryu est tombé malade pour la première fois de sa vie. Coïncidence, on nous avait dit un nombre incalculable de fois que les défenses immunitaires des bébés tombaient à environ 6 mois, pour peu qu’il ait été allaité la première semaine de sa vie (selon les quelques médecins qui nous en ont parlé, c’est à peu près le seul intérêt de l’allaitement au sein). Et c’est juste à 6 mois que Ryu s’est fait latté par un seul virus.

Et non, Ryu, c’est pas une moto!

Pas de fièvre, mais un peu plus de fatigue que d’habitude, et environ 6 fois plus de couches utilisées que d’habitude nous ont poussé à aller voir un toubs (c’est Yukiko qui y est allée). Verdict: sale virus qui normalement doit dégager dans la semaine, si ça dure plus longtemps, il faudra employer les grands moyens.

Ryu a eu un traitement au…Kanpo (médecine chinoise dont personnellement je doute beaucoup de l’efficacité, mais dont Wikipedia dit qu’elle marche bien dans des cas très limités). Pour info, les médicaments du Kanpo ont un goût assez déplorable, pas le top à faire prendre à un bébé a-priori.

Le risque évident de ce virus évoqué par le toubs était la déshydration. Il a donc prescrit un truc à boire pour hydrater Ryu, une sorte d’eau où il y a plus d’eau que dans l’eau pour l’hydrater plus vite qu’avec de l’eau (vous remarquerez au passage le flou artistique de mon récit, avec l’emploi de mot-clés comme “truc” pour désigner les choses que je n’ai pas bien comprises). La visite au médecin fut gratuite, car couverte à 100% par l’état. On ne sait toujours pas jusqu’à quel âge c’est par contre (faute de nous êre renseignés). Et les médicaments, eux, ne sont pas pris en charge à 100%.

Trois jours plus tard, Ryu va mieux, il n’utilise plus que 4 fois plus de couches que d’habitude, et sourit plus. Visite au toubs pour montrer l’évolution, et le toubs a confirmé que son état s’améliorait, en exprimant un “ouf, si ça avait duré la semaine, je l’aurais fait hospitaliser” (avec une perfusion s’il vous plait, car ils adorent les perfusions au Japon).

Ah bon. C’était donc si grave que ça? Perso, je ne m’imagine pas pouvoir laisser mon dragon à


uh?hein?quoi?qu’est-ce qu’elle a ma tête?

l’hosto (c’est pas comme si j’aurais eu le choix de toute façon).

Et donc on voit bien comment nos congés payés à moi et Yukiko vont être utilisés cette année: à veiller Ryu quand il sera malade. Mes collègues m’ont dit: pas de vacances jusqu’à ce que l’enfant ait quelques années. Les bébés sont suffisament malades pour bouffer tous les jours de congés de leurs parents les premières années. Ont-ils exagéré? Qui vivra verra.

C’est moins de perdre mes congés que d’imaginer Ryu tomber autant malade qui m’embête. Mais bon…quand je vois comment les japonais sont résistants à l’âge adulte (pas tous, hein!), ça me rassure un peu.

※ Photo 1: La petite fille derrière Ryu, c’est ma nièce!

※ Photo 2: Remarquez que depuis quelques semaines, Ryu peut s’assoir tout seul! Bon mais, il est encore très instable.

La mauvaise série de Jordan (2/2)

On n’a pas vécu jusqu’à ce que le véto nous rappelle. Bilan: un cristal s’était logé dans le “tuyau” qui passe par son sexe et bloquait le passage. Avec le cathéter, le véto l’avait repoussé dans la vessie, et avait pompé le contenu de celle-ci (pleine à craquer selon ses dires). Si on n’avait pas été amené Jordan aussitôt, ses reins auraient d’abord pris un coup, puis il serait mort. Une bonne chose qu’on ait appelé aussitôt.

Les mauvaises nouvelles étaient alors nombreuses; d’abord, le cristal est dans la vessie, et risque de repasser dans le tuyau et de tout bloquer, jusqu’à ce qu’il disparaisse. Ensuite, on ne peut pas faire extirper ce cristal, il faut qu’il se résorbe tout seul, et ça prend à peu près 2 semaines si tout se passe bien. Et puis, pour qu’il se résorbe, il faut mettre Jordan sous alimentation médicalisée. Le véto nous a passé un échantillon et nous a demandé d’en racheter par nous mêmes. C’est 2 fois plus cher que la nourriture qu’on prend aux chats généralement (alors même qu’on prend l’une des plus chères existantes), c’est introuvable sauf magasin spécialisé, y compris sur Internet, et ça a l’air drôlement moins bon que ce que nos chats mangent d’habitude. Et enfin, selon le véto, le risque de rechute est de l’ordre de 100%, tôt ou tard, si on ne met pas Jordan définitivement sous nourriture médicalisée, jusqu’à la fin de ses jours. Pauvre Jordan qui se retrouve à 5 ans devoir manger une nourriture pas bonne jusqu’à sa mort. Accessoirement, comme il n’y a pas de moyen très pratique de donner des repas différents à Darma et à Jordan, Darma va être obligée de suivre le même régime.

Finalement et heureusement, les résultats d’analyse n’ont rien révélé d’anormal chez Jordan (sauf la présence de ce cristal), en particulier dans les reins.

Et c’est encore un Jordan bien choqué qui nous est revenu dimanche soir. Il a dormi deux jours de suite et ne se réveillait que pour manger et faire ses besoins.

Par mesure de précaution, on l’a ramené chez le véto le lundi, mais il n’avait aucun problème. Il faut maintenant qu’on le surveille pendant les deux semaines qui viennent, et l’amener au véto dès et si on le voit peiner à uriner.

Et enfin, une bonne nouvelle pour clore l’article; après avoir passé près d’une semaine à dormir avec les chats (séparé de ma femme et de Ryu :( On est vachement sympa avec nos chats!), Jordan pète la forme. Il est gai et dynamique, bien plus qu’avant que ses problèmes de santé n’arrivent. Il ronronne dès qu’on le prend dans les bras (ça commençait à devenir un exploit), il gambade dans la maison, il court, il miaule…formidable. Par contre, il est toujours un peu sur les nerfs, et dès qu’on fait un mouvement trop brusque ou qu’on le touche par inadvertance où il ne faut pas (au bas-ventre par exemple), il est mort de peur et sort les griffes un peu trop rapidement à mon goût, de façon bien plus violente que j’aie vu jusqu’à présent (il ne griffe que dans le cas où on le tient dans les bras à ce moment…sinon il se barre en courant). Mes nièces devront faire gaffe à Nöel.

La mauvaise série de Jordan (1/2)

A partir de samedi dernier, j’ai commencé à dormir avec les chats, en espérant remonter le moral de Jordan qui n’avait vraiment pas la pêche.

Il a fait une crise à 5h du matin…Quand Ryu se réveille et hurle, je n’entends rien et continue à dormir. Mais la crise silencieuse de jordan m’a réveillé tout de suite. Il est d’abord tombé du lit, et avec ses tressautements incontrôlés s’est éloigné d’une vingtaine de centimètres de son point de chute. Il faudra l’empêcher dorénavant de dormir sur des endroits en hauteur, pour sa sécurité.

Il y a eu jets d’urine, bave, et tremblements du corps. Mais pour une fois, ses yeux n’étaient pas blancs, mais normaux…apeurés, en train de refléter son incompréhension de se qui se passe. C’est une première, et du coup ça s’éloigne des symptômes classiques de l’épilepsie je pense. Une fois la crise finie (1 minute qui a semblé durer une éternité), Jordan était choqué et pétrifié, mais moins apeuré que d’habitude. D’habitude, on dirait qu’il a l’impression de sortir d’un cauchemard et miaule beaucoup, mais cette fois, non.

Ça faisait trois crises dans la semaine. C’est beaucoup. On a reçu des cachets du véto pour empêcher temporairement ce genre de crise, et on a commencé à les faire prendre à Jordan dimanche. Jusqu’à jeudi soir, il n’y avait pas eu de nouvelle crise. Il faut passer le scanner rapidos maintenant.

Mais voilà. Dimanche, je repère que Jordan passe un temps anormal dans sa litière (genre 5 minutes, un coup de bol que je passais par là). Je le surveille, et je le vois sortir de la litière, et s’accroupir pour faire ses besoins en-dehors de sa litière. Ça n’arrive jamais, alors j’ai laissé faire pour voir. Mais au bout de 2 minutes accroupi, rien ne sortait.

Il a réssayé de s’accroupir partout dans la maison, mais à part une ou deux gouttes, rien n’est jamais sorti. Et puis il avait l’air agité et inquiet. Il y avait comme un truc l’empêchant d’uriner. Alors on a téléphoné au véto (heureusement que les vétos travaillent le dimanche), qui nous a dit de l’amener d’urgence et qu’il nous caserait entre deux rendez-vous. J’ai dû attendre une heure après être arrivé chez le véto pour qu’il puisse me “caser”. Il m’a dit de lui laisser Jordan, et qu’il m’appellerait quelques heures plus tard pour venir le reprendre. Le véto comptait pomper le contenu de la vessie (cathéter par la kekette, urkh le pauvre), et faire des analyses de sang et d’urine pour vérifier l’état des reins, entre autres.

(la suite dans quelques heures)

Jordan va mal

J’aime pas donner des mauvaises nouvelles sur ce blog; il y a assez de mauvaise ambiance comme ça autour de nous, ça ne fait plaisir à personne d’en lire encore sur des blogs. Mais bon.

Jordan est malade. Ça avait commencé quelques semaines après l’arrivée de Ryu; un jour, il dégageait une odeur nauséabonde, et on avait vite compris qu’il s’était uriné dessus (genre sur la moitié du corps). On avait mis ça sur le compte du stress de l’arrivée de Ryu.

Et puis il a fait une crise d’épilepsie devant nous (ou plutôt, “épileptiforme”) il y a un bon mois: yeux blancs, corps qui bouge de façon incontrôlable (tremblements), bave qui coule en abondance, et urine qui gicle. Mais on a mis ça sur le compte du stress, car c’est ce qu’on voulait croire.

Mais la semaine dernière, il a fait la même crise deux jours de suite. A chaque fois, ça arrive quand il dort. Ça commence par des petits tressautements du corps comme s’il faisait un cauchemard, mais c’est alors que le vrai cauchemard arrive. Une fois la crise finie (20 à 30 secondes environ), il est désorienté et complètement apeuré. C’est une crise “épileptiforme”, car bien que les symptômes soient ceux de l’épilepsie, on ignore s’il s’agit vraiment d’épilepsie.

Yukiko l’a amené chez le véto vendredi (je gardais Ryu…pas question d’amener un bébé au cabinet d’un véto où tous les animaux malades de la région se retrouvent). Hélas, Jordan déteste les toubs (c’est pas moi qui lui aie appris) et est passé en mode panique (feulements et griffes) quand la blouse blanche l’a palpé, ce qui lui a valu “le filet”, le meilleur moyen de forcer un chat à devenir immobile…ça vous calme un chat, mais il en ressort trois fois plus choqué. Et pour la première fois depuis qu’on a reçu Jordan il y a 5 ans, il n’a pas ronronné en 24h. Un chat qui ronronne dès qu’on le prend (correctement) dans ses bras, il va faire un tour chez le véto, et hop! finis les ronronnements. C’était pas la faute de ce véto à mon avis, Jordan a du être traumatisé par un des vétos qu’il a cotoyés par le passé (celui qui l’a castré à mon avis, un pauvre connard digne de la profession équivalente chez les humains), et depuis n’aime pas les blouses blanches qui le triturent.

Bref, résultat des courses selon le véto: très probablement un problème au cerveau. Ou alors possiblement un problème quelque part dans le corps qui freine l’irrigation du cerveau, auquel cas probablement les reins. Selon la nature du problème, il semblerait qu’il existe des médicaments pour stopper les crises. Le problème consiste maintenant à trouver la nature de la maladie de Jordan.

On doit donc aller faire passer un CAT scan à Jordan (un CAT Scan pour un chat, le jeux de mots pourrait presque me faire rire) ainsi que toute la batterie de tests qui seraient nécessaires. Il n’y apparemment que deux scanners pour chats dans la région: un à Ueno, et l’autre à Kawasaki. Et ça coute bonbon -quoique pas plus de 100000 JPY (830 €) à priori. C’est là où on regrette de ne pas avoir souscrit une assurance maladie pour les chats.

On se demande quand on va aller faire ce scanner. En espérant que rien de terrible n’arrive entre temps, sinon je vais m’en vouloir longtemps. Dans le très probable pire des cas, c’est inguérissable. Dans un hypothétique bon cas, des médicaments peuvent faire disparaître les symptômes gênants, sans traiter la cause. Dans le meilleur des cas, improbable selon le véto, la cause est ailleurs que dans le cerveau, et traitable.

On croyait avoir tout vu avec ça. Mais non. Il y a eu autre chose.

(à suivre…)