Entretien d’embauche

Un peu surgie de nulle part (via LinkedIn), un gars des RH d’une startup internet me contacte pour me demander si je serais intéressé de postuler chez eux.

Il y a des gens dans les RH, ils ne comprennent vraiment rien (et mine de rien, tous les gens de RH que j’ai rencontrés jusqu’à présent dans mes recherches étaient tous vraiment nuls. Sauf peut-être celui de la boite automobile, mais je ne l’ai pas rencontré).

Donc me voilà moi, 12 ans dans une grosse boite centenaire très traditionnelle d’infrastructure postulant dans une startup de software qui n’a pas dix ans… cherchez l’erreur. Moi je l’ai vue tout de suite, mais le gars des RH, non non, tout va bien…

Bon, ils recherchaient un infrastructure manager pour leur bureau de Tokyo. Je me suis dit pourquoi pas, ça peut être rigolo, ça va surement être du grand n’importe quoi (petite boite appelée à devenir grosse, je vois leurs produits partout maintenant que je sais qu’ils existent), mais c’est de l’infrastructure (que j’adore), il y a des stocks options, le bureau de Tokyo est petit mais va devenir gros, y’a ptet un moyen de faire une tite carrière.

Premier entretien en video-conf avec… je sais pas qui, il ne s’est pas présenté, il ne m’a pas donné son titre, rien… le gars en jean/t-shirt (moi en costard cravate… j’ai hésité à m’habiller en t-shirt aussi). Chinois, dans leurs bureaux de Beijing, en open space.

Bon. Clash instantané, mais perso je l’ai trouvé sympa. Tout en ressentant que lui ne m’aimait pas. Rien de personnel, juste il n’aimait pas mon profil. Enfin, c’est ce que j’ai ressenti…

J’ai bien parlé, en anglais qui est un langage avec lequel je suis un peu renfermé d’habitude mais là… soit c’était parce que j’aimais bien le gars, soit parce que je n’avais aucune pression, soit parce que ses questions étaient franchement intéressantes. J’ai l’impression d’avoir bien répondu, il m’a posé un problème d’infrastructure à résoudre que j’ai réglé sans soucis… vraiment, de mon côté ça s’est très bien passé.

Et puis… plus de nouvelles. Ça fait 2 mois. Bon. C’est mort. Je ne sais vraiment pas ce qu’il n’a pas aimé chez moi, en dehors de mon profil grosse boite, mais je n’aurais pas pu faire un meilleur entretien. Pas de regrets, ce n’était pas une boite sur laquelle je fantasmais et elle ne collait pas du tout à mon profil, mais dommage quand même. Je crois que je pense que c’est dommage quand j’ai apprécié mon interlocuteur. Allez, on continue.

Leave a Reply

Your email address will not be published.