Un coyote à la plage

On déménage!

L’occasion faisant le larron, après avoir sauté le pas, on se rend compte qu’on croûle sous les raisons de déménager (sur lesquelles je ne vais pas m’étendre). Ou bien est-ce une auto-justification?

On déménage pas loin de la nouvelle école de Ryu, à 10 minutes à pied. C’est à dire qu’on déménage à Kamakura. C’est à dire près de la plage (20 minutes à pied), en pleine nature (il y a plein de petits bois partout), entre les temples (la densité de temples ici donne l’impression qu’on est à Kyoto).

Enfin, nous quittons la ville! Ras-le-bol du béton, même si c’est pratique d’y vivre, que tout est proche et qu’il y a plein de choses à faire, c’est froid et pas adapté aux enfants. Perso je viens de la campagne (banlieue sud de Nantes, c’est la campagne), et je trouve que c’est mieux pour les enfants qu’une grosse métropole comme Yokohama, qui pourtant était déjà mieux que Tokyo. Juste pour préciser, j’adore Yokohama. J’ai toujours aimé cette ville, beaucoup plus que Tokyo. Mais Kamakura, ça va être chouette. Quel dommage que Darma ne soit plus avec nous! Comme elle aurait aimé cet environnement! (snif)

Donc voilà, on va être à la campagne, dans un petit village de 173.000 habitants (lol) pour 40 km2. Pour comparaison, Nantes fait 291.000 habitants pour 65 km2, et le village de mon enfance 18.000 habitants pour 31 km2 (et il n’y avait pas autant d’habitants il y a 30 ans). Oui, je sais, 173000 ça semble beaucoup, mais quand on sort de Tokyo/Yokohama, 173000 habitants, on a l’impression qu’il y a juste un bourg et c’est tout.

Une grosse différence que je ressens déjà: l’amour des habitants pour leur ville. C’est dingue le nombre d’habitants de Kamakura que je rencontre qui sont ouverts/joyeux et clament bien haut qu’ils aiment leur ville et le Shonan (le nom de la région – notez que Kamakura est par contre dans la même région administrative que Yokohama, c’est à dire Kanagawa). J’ai rarement entendu quelqu’un parler de sa joie d’habiter Yokohama ou Tokyo (à part moi – j’adore Yokohama). Bon, et il y a aussi beaucoup de personnes agées/bien traditionelles qui vont sûrement me prendre beaucoup la tête, mais globalement, vu les voisins que j’ai eus ces 8 dernières années, ça va être difficile de me prendre plus la tête que ce que ça a été.

Alors la plage, c’est cool. Vous voyez, le titre de mon blog prend du sens maintenant. Un coyote à la plage. J’espère que personne n’avait confondu avec “plagiaire”, parce que je ne plagie personne.

Ensuite, il y a les bois. J’adore me balader dans les bois, ça va être formidable. Notre maison est collée à un petit bois qui n’est globalement pas ouvert au public (le serait-il que personne n’y viendrait, puisqu’il ne contient pas de temple!) et il n’y a aucune séparation entre le bois et notre jardin. Sympa. En plus, les anciens proprios m’ont montré deux, trois trucs sympa à propos de ce bois, j’ai pris un cours d’histoire pour le coup. Ceux qui viendront chez moi, il faudra que je vous montre un truc époustouflant à propos de ce bois.

Bon, j’ai PLEIN de choses à dire sur cet évênement qui va marquer la vie de toute notre famille. Et d’abord et surtout, avec la rénovation aventuresque de la ruine qu’on a achetée. Le déménagement commence fin Mars, et devrait finir en Mai/Juin. Je vais vous saouler avec cette affaire.

One thought on “Un coyote à la plage

Leave a Reply

Your email address will not be published.