The Punisher: Born

Lassé des X-Men, je me suis décidé à voir d’autres séries, en particulier celles auxquelles je n’avais jamais donné beaucoup d’attention. Je suis tombé sur la série du Punisher. Et je suis tombé amoureux dès les premières pages.

La série du Punisher qui tourne en ce moment est une série MAX, ce qui signifie dans le langage Marvel “réservée à un public averti (adulte)”. Car très violent. Vous n’avez jamais vu une telle violence dans une BD Marvel.

J’ai commencé par le volume 0: Born. Born raconte l’histoire de Frank Castle, qui deviendra plus tard le Punisher, pendant son service au Viet-Nam. Le script est de Garth Ennis, un spécialiste de Hellblazer, et le monde qu’il décrit est très noir.

Frank est déjà un loup solitaire, et un habitué des missions suicides. Et il est affecté à une vallée de la mort. Cela va être mission impossible pour s’en sortir vivant, mais il a un allié: une voix-off.

Bon, la voix-off est une “force”, blablabla, un truc noir qui rend très combatif, et très fort, blablabla, et elle a besoin d’un allié pour ses desseins blablabla. Vous l’avez compris, l’histoire est banale. Mais elle est très bien racontée.

Je vous passe les multiples planches couvertes de rouge-sang. Je met juste une planche d’un des moments forts ci-contre (avec juste un peu de rouge-sang).

Le problème dans cette BD, c’est que cela se passe pendant la guerre, et que c’est normal (!) que ce soit violent pendant la guerre. Mais je vous assure, quand on connait le perso du Punisher, c’est un excellent prélude à ce qui suit. On trépigne pour voir le Punisher en action dans la suite des quelques volumes de cette série.

Ma planche préférée de ce volume est à l’avant-dernière page, quand la “force” noire parle avec Frank, et fait de l’humour noir. J’essaierai de faire des articles sur les différents volumes de la série. Et je la recommande à tous les adeptes du comic ou de la BD noire. Cette BD, c’est du comic US avec de la violence à l’européenne (les européens sont les champions mondiaux de la violence dans la BD, car ils n’ont aucun tabou, et ils ne s’interdisent rien). Aucune réflexion, rien que du fun. Et des perso cools.

Leave a Reply

Your email address will not be published.