La visite médicale

Chaque année, comme dans tous les pays développés sans doute (?), la visite médicale du travail est obligatoire. Enfin pour les CDI du moins (c’est mon cas). J’ai reçu le résultat de ma visite de décembre, et je suis heu-reux. Je vais vous expliquer pourquoi ci-dessous, mais pas tout de suite.

L’année d’avant, c’était mon premier ningen-dock, qui à l’époque (visite en 2008 donc) ne se faisait qu’à (si je me rappelle bien mais je peux me tromper) 25,30,35,40 ans et chaque année passé 40 ans. En dehors de ces années, c’est une visite “light”: pipi, caca, x-ray des poumons, poids, taille, ouïe, vue. Le ningen-dock, c’est un truc heavy: ils analysent l’estomac. (en fait, il y a peut-être d’autres différences, mais alors celle-là a failli me faire crever, donc je me focalise un peu dessus).

Pour analyser (quand j’y repense, je ne sais même pas ce qu’ils regardent dans l’estomac…), ils envoient une caméra par la bouche, ou alors ils utilisent du baryum. On ne m’avait pas demandé mon avis et j’avais fait l’analyse avec du baryum.

En gros il faut boire un grand verre d’un liquide blanc (du baryum) qui est un truc aussi lourd que du mercure:

pour qu’ils obtiennent une image dans ce genre (en vous attachant sur une table qui tourne dans tous les sens pour que le baryum recouvre tout à l’intérieur):

Le problème du baryum, c’est qu’il durcit et devient dur comme de la pierre après quelques heures. Alors il faut l’évacuer rapidos, parce que si il se solidifie à l’intérieur du corps, ça va mal, et rapidement (sans déconner, je crois qu’on doit en mourrir).

Et donc, pour l’évacuer, ils vous donnent un laxatif après l’examen, à boire de suite, et ils vous disent que ça devrait sortir dans la soirée. Ahahah.

J’ai l’estomac super fragile. Après avoir pris le laxatif, je suis sorti de la clinique, ai été bouffé (parce qu’on a interdiction de manger à partir de la veille 20h, et de boire à partir du coucher la veille). Sorti du resto, arrivée à la gare, il n’y avait pas 1 heure de passée depuis le laxatif, mais j’ai dû me précipiter dans les toilettes de la gare, que j’ai repeintes… en blanc. Chouette, me suis-je dit, tout est sorti.

Que neni. Il en restait à l’intérieur, et le laxatif était parti dans les toilettes de la gare.

Les 4-5 jours suivants, j’en ai chié (ahah). Mes selles étaient de la couleur habituelle, mais aussi blanches… et rouges. Ben oui, quand on déchire la chair, ça saigne. Mais là ça pissait le sang grave. Le soir quand je revenais à la maison, et que je savais que j’allais devoir y passer, c’était le cauchemard. J’ai maudit la médecine du travail japonaise et leur barbarisme, et franchement je me dis qu’il doit y avoir des tas d’accidents chaque année. C’est pas possible autrement.

J’ai survécu, mais j’ai dû me déformer un os du derrière, parce que pendant six mois j’ai eu une douleur quand j’appuyais sur le coccyx. Ce sont des malades de faire boire ce truc. J’ai franchement cru que j’allais devoir aller à l’hôpital, même si je me disais bien qu’ils n’auraient rien pu faire, à moins de tout ouvrir et sortir tout ça manuellement. A tous ceux qui pensent qu’ils n’ont pas de problème avec leur estomac et qui trouvent qu’un tel examen est inutile: refusez-le! Non seulement je ne fais aucune confiance à ce produit qui semble tellement toxique, mais en plus il y a franchement un risque dément.

J’ai été fou de rage au sujet de la visite médicale du travail japonaise pendant un bon moment. Du moment où un collègue m’a dit “mais tu sais que tu peux refuser cette analyse?”, ça a été mieux. Cette année, j’ai donc refusé le baryum (et la caméra tant qu’à faire, c’est bon on m’a couillonné une fois sur un truc que je connaissais pas, ça ira).

Bref, résultats cette année: une note A dans tous les domaines, sauf deux: l’embonpoint, et le cholestérol. Je suis bien en-dessous des valeurs normales, et suis dans un état “légèrement pathologique”, où “il faut faire quelque chose”. Pour l’embonpoint ils me conseillent de faire du sport et de repenser mon régime alimentaire (ça va pas faire plaisir à Yukiko). Pour le cholestérol, ils me conseillent d’arrêter les sucreries et les boissons gazeuses sucrées, et de faire du sport. Pour info, j’ai un BMI de 17.9, très faible donc. Pour ma taille, je devrais faire 13 kilos de plus pour être au standard. C’est vrai qu’avant d’arriver au Japon il y a 11 ans, je faisais 11 kilos de plus que ce que je fais maintenant. Et on me trouvait maigre à l’époque.

Bon, le régime alimentaire à changer, j’y crois pas: je mange de tout (sauf du poisson), Yukiko y veille. Alors le problème est ailleurs. Je pense que mon métabolisme a un léger problème, mais que c’est pas pathologique au point d’aller chercher des solutions médicamenteuses (je demanderai l’avis de mon toubib la prochaine que je le vois tout de même).

Là où je suis tout de même très content, c’est qu’un toubs a enfin reconnu que la situation n’était pas normale. Jusqu’à présent, les précédents médecins du travail trouvaient mes proportions “parfaites” et me disait “c’est formidable d’avoir maigri depuis vos vingt ans, surtout ne grossissez pas”. Comme quoi que face à un même spécimen, tous les toubs ne vont pas dire la même chose.

Je vais me prendre en main. Je vais le faire. J’en suis persuadé. C’est dommage que cela fasse si longtemps que j’en sois persuadé par contre.

[Update] C’est pas du valium mais du baryum (j’ai corrigé l’article). Putains de katakana, les deux mots sont des homonymes en japonais: バリウム. Sauf qu’après recherches, je crois que personne ne connait le valium alors que tout le monde connait le baryum ici. Grrrr. Un grand merci à Christian pour la correction.

6 thoughts on “La visite médicale

  1. Anonymous

    Mon dieu si tu n’aime pas le poisson, tu mange quoi ? du riz du tofu du riz du tofu ?
    Tu es passe du format normal francais a un format normal japonais (donc un francais maigre) et la tu es rendu un japonais maigre. Tu devrais ecrire un livre sur ton regime, je suis interesse !
    Essaye de sortir quelques fois par semaine manger un chanko (sumo lunch), ca devrait aider !

    Reply
  2. Sebastien

    Je n aurais qu une chose a dire MERCI

    Par le plus grand des hasards, on m a informe la semaine derniere que j avais ma premiere visite medicale du travail cette semaine.

    Donc, apres lecture de ton post, il est certain que je vais refuser de boire ce “platre”!

    Reply
  3. Giulia

    Bonjour,
    Qu’a dit ton toub traitant pour la maigreur ?

    Franchement, si ton cholestérol est bas mais que les autres analyses sont bonnes, ce n’est pas forcément dramatique.
    Déjà parce que 17.9 d’IMC, il n’y a pas de quoi paniquer. Ok, tu serais à 15 d’IMC, là il y aurait de quoi paniquer. Mais 17.9 d’IMC….
    Ensuite, une analyse hors normes toute seule ne veut pas forcément dire grand-chose. Par exemple, tu peux avoir juste un point en-dessous de la normale pour tes transaminases, ça ne veut pas dire que tu as une avitaminose B6 (car des transaminases en-dessous des clous peuvent signaler une avitaminose B6).
    Et même une analyse dans la norme toute seule ne veut pas dire grand-chose : tu peux avoir une CRP (Protéine C Réactive, marqueur inflammatoire) parfaitement dans les normes tout en ayant une péricardite du feu de dieu qui te cloue un mois et demi au lit, sous peine de devenir insuffisant cardiaque.

    Donc va voir ton toubib traitant, mais franchement, si ton bilan hormonal/endocrinien (endocrinien fait plus savant, je ne pouvais pas m’en empêcher) est bon, s’il n’y a pas d’autre maladie (pas de diabète, pas d’insuffisance viscérale (rénale, hépatique ou autre), pas d’infection, que ton poids est stable et que tu manges de tout sans obsession de maigrir, c’est que ce n’est pas si grave.

    J’ai été diagnostiquée dès l’enfance (= dès l’âge de 3 ans) avec une maigreur constitutionnelle, et combien de médecins scolaires/médecins agréés pour le permis (je fais partie des cas qui doivent passer une visite pour son permis en France, sniff) m’ont cataloguée comme “maigre=malade” alors qu’il ne s’agissait que d’une variable extrême de la normale appelée maigreur constitutionnelle ?
    Sachant que si, d’un côté de ta famille ou d’un autre, on a tendance à être maigre, tu peux aussi avoir hérité de cela (c’est mon cas, avec un côté paternel à tendance maigres comme des clous). Bon, la tendance familiale n’est pas obligatoire, mais elle est fréquente dans ce type de maigreur.
    C’est bien connu, les médecins qui font ce genre de visite ont la fixette des valeurs de référence (familièrement appelés “les clous” par nous, les patients malades chroniques en France), en oubliant qu’être hors clous ne signifie pas forcément que c’est pathologique.

    Conclusion : prends beaucoup de recul sur ce que te dit la médecine du travail, donc ne prend pas trop pour argent comptant tout ce qu’elle te dit.
    Fais des bilans avec ton toubib si ça t’inquiète afin de voir si effectivement quelque chose cloche (parce que la maigreur peut être pathologique comme elle peut ne pas l’être, et ça, seul un toubib peut te le dire après des bilans) mais si rien ne cloche, qu’il n’y a pas de cause ni organique (pas d’infection, pas de malabsorption, pas d’infection, pas d’insuffisance viscérale…..), ni psychogène, que tu manges normalement sans obsession de maigrir, il n’y a absolument pas de quoi t’inquiéter. Bref, fie-toi au bilan ordonné par ton toubib, et ne panique pas avant d’avoir les résultats (facile à dire mais pas facile à faire, je le sais pour le vivre).
    Parce que la médecine, ce n’est pas tout noir, ce n’est pas tout blanc, c’est plein de nuances de gris (la maigreur est un exemple type : elle peut être constitutionnelle comme elle peut être pathologique, elle a plein de causes, aigues ou chroniques).

    Courage !

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.