Co-sleeping

D’abord, je suis désolé d’avoir mis un titre anglais, mais je ne connaissais pas le mot français. Je ne suis même pas sûr qu’il en existe un en français, mais si vous le connaissez, merci de me le donner en commentaire.

Yukiko et moi dormons maintenant avec Ryu. Ryu est entre nous. C’est personnellement un bonheur de l’avoir à côté de moi pendant la nuit. Quand je me couche tous les soirs, je passe quelques minutes à l’admirer. Quand il chigne pendant la nuit, il suffit de lui tenir la main pour qu’il se calme et reparte à dormir de plus belle. Quand il se réveille parce qu’il a faim, il est plus facile à calmer le temps de préparer son bibs (on a un biberon plein de poudre et un thermos à côté du lit pour la nuit), et ça nous évite de quitter le lit pour aller le chercher et plus tard pour aller le déposer dans son propre lit (ce qui au passage le réveillerait sans doute). De l’avoir à côté de moi ne m’empêche en rien de dormir (mais qu’est-ce qui pourrait bien m’empêcher de dormir?), et je trouve vaguement que lui dort mieux depuis qu’il est avec nous, que quand il dormait dans son lit tout seul.

Chose amusante, quand j’étais venu au Japon à l’époque, j’étais persuadé que dormir avec son bébé était mauvais pour lui, et j’aurais juré que je ne le ferais pas. Maintenant, je suis d’avis que les parents doivent faire ce qu’ils veulent, selon les circonstances, pour le bien de chacun, et en applicant les précautions d’usage dans un cas comme dans l’autre. Si par exemple ils ont peur de faire du co-sleeping, ils ne devraient pas le faire. Je ne suis pas d’avis que “faire dormir le bébé avec ses parents est forcément meilleur”, ni surtout pas que “faire dormir le bébé séparément d’avec ses parents est forcément meilleur”. Je suis d’avis que faire dormir Ryu avec nous est préférable, pour le moment. Avec le recul, je suis persuadé que mon opinion lors de mon arrivée au Japon n’était que l’un des nombreux lavages de cerveau français (tous les pays en ont, le Japon au moins autant que les autres pays), qui a pour résultat d’avoir une majorité de Français penser que c’est néfaste pour l’enfant, sans même s’interroger vraiment et regarder ce qui se passe en dehors de leur pays. Tenez, pour vous donner une idée d’une façon de voir les choses sur ce sujet, voyez ici, à la partie “enfants”. Ne prenez pas cet article pour un “il faut penser comme ça” ou un “c’est comme ça que ça se passe”, ce n’est qu’une expérience personnelle, un point de vue, loin de la pensée unique “c’est pas bon de dormir avec son bébé, point”.

Ryu, 6 mois et demi


Et alors, je faisais un tour sur le Wikipedia francophone pour me renseigner sur la mort subite du nourrisson, qui a le don de faire flipper beaucoup de parents (dont moi). Là, au détour du paragraphe “Mesures de préventions”, je tombe sur cette phrase assassine:

Le couchage de l’enfant doit être séparé de celui des parents

Ahahah, ce wikipedia francophone a beau être à destination de toutes les populations francophones du monde, je reconnais bien là la patte française du mépris des autres cultures, et l’approximation des connaissances propagées par Wikipedia. Je me suis demandé si les Américains (ou Anglais, Australiens, que sais-je) disaient la même chose dans le Wikipedia anglophone. Dans le même article correspondant, sur Wikipedia toujours donc, j’ai agréablement trouvé un paragraphe bien plus sensé (pour info, SIDS= Sudden Infant Death Syndrome, c’est à dire “Mort subite du nourrisson” en français):

A 2005 policy statement by the American Academy of Pediatrics on sleep environment and the risk of SIDS found co-sleeping and bed sharing to be unsafe. Some data has suggested that almost all SIDS deaths in adult beds would be occurring when other prevention methods, such as placing infants on their backs, are not used. Co-sleeping studied in the West has been present mostly in poorer families where other risk factors are present while co-sleeping in other cultures such as in China is more prevalent and is done in combination with practices such as sleeping children on their back, correlating with a significantly lower rate of SIDS than the West.

Selon l’article en anglais donc, des études ont effectivement conclu que faire dormir un bébé dans le lit des parents engendrait un plus fort taux de mort subite. Sauf que cette étude était biaisée, car la population qui pratiquait le co-sleeping était une population pauvre, qui entre autres ne respectait pas les autres méthodes de prévention; ce sont ces autres méthodes de préventions qui non appliquées auraient engendré un fort taux de mort subite. En particulier, les cultures (comme en Chine, ou au Japon donc) où il est normal de faire dormir les bébés dans le lit des parents et où les méthodes de prévention de la mort subite du nourrisson sont naturellement appliquées, le taux de mort subite du nourrisson est…inférieur à celui de l’occident.

On a donc par exemple la Chine, où la majorité des bébés dort avec leurs parents, qui a un taux de mort subite du nourrisson inférieur à celui des pays de l’occident. Fort taux de co-sleeping, mais faible taux de mort subite. Mais c’est en Chine, pays bizarre loin des pays francophones. Alors le Wikipedia francophone, lui, nous écrit que pour diminuer le risque de mort subite du nourrisson, il ne faut pas dormir avec son bébé. Il aurait pu être un brin plus nuancé, mais…non.

Accessoirement, Wikipedia n’a d’article sur le co-sleeping qu’en anglais, espagnol, et japonais. Il n’y a pas d’article en français. J’avoue ne pas avoir été voir ce que racontait les gars du pays des toreros.

La page en japonais, très courte, précise que si le co-sleeping est le choix de base au Japon, ce n’est pas le cas partout. En particulier, les deux pays contre le co-sleeping les plus agressifs sont (sous-entendu) Les Etats-Unis et…la France (c’est sous-entendu, car ils ne citent que deux études dont les conclusions sont ouvertement contre le co-sleeping; une américaine, et une française).

Au Japon, 65% des enfants dorment avec leurs parents jusqu’à ce qu’ils entrent en école primaire. 28% des enfants qui entrent en école primaire dorment toujours avec leurs parents. Les cataclysmes prévus par les psy et/ou toubs Français ne semblent pas avoir eu lieu.

PS: Beaucoup de “donc” dans cet article. Je le sais, hein :wink:

13 thoughts on “Co-sleeping

  1. Arnaud

    En français, ca s’appelle le co-dodo!
    Très bon article.
    Certains pédiatres français, notemment un qui a une une famille nombreuse, ne le rejettent pas (bien au contraire) mais conseille de l’arrêter vers les un an du bébé ou bien avant l’arrivée du second…
    Par contre, en France, si tu le faisais, tu serais toujours considéré comme un phénomène relevant limite de la psychiatrie! (je parle d’expérience)

    Reply
  2. Sylvain

    Oui, les français sont farouchement opposés au co-sleeping (expression qui n’a pas d’équivalent français).
    Au sujet de la mort subite du nourrisson, les études se sont contre-dites en France. On a conseillé pendant 30 ans de coucher les nourrissons sur le ventre. Puis durant une bonne dizaine d’années, on a conseillé sur le dos. Maintenant, on ne conseille plus rien.
    En revanche, des études ont été réalisées en France sur l’influence de la proximité immédiate des parents sur la mort subite du nourrisson. Subtile différence : l’étude conseille de ne pas faire dormir l’enfant seul durant les 6 premiers mois. En clair, on conseille qu’il dorme dans la même chambre que ses parents ou que ses frères et sœurs. En hôpital, on nous a déconseillé le co-sleeping à cause du risque d’écraser ou de surchauffer le bébé (faut bien trouver une excuse).
    Perso, j’avais pas envie de dormir avec un enfant dans le lit. Mais on a gardé chacun des enfants dans la chambre jusqu’à 6 mois/1 an.
    Ensuite, poursuivre au-delà de 6 mois, c’est purement culturel. Cela ne se discute pas. Moi, j’ai envie d’être peinard dans MA chambre.
    Dans le cadre des tabous, il y a aussi la date d’arrêt conseillé de l’allaitement maternel : quid de l’allaitement jusqu’à 6 ans ?

    Reply
  3. Magali

    J’ai trouvé ton raisonnement sur le co-dodo trés bien…il est vrai qu’en France le co-dodo est vraiment mal vu, de même que l’allaitement prolongé…
    Nous on le pratique au gré des envie des enfants et de nous aussi. Ma fille vient de rentrer d’une semaine de vacances à Saint Malo avec les grand parents, et les 2 premières nuits de son retour elle a dormit avec nous au grand bonheur de tout le monde. Elle est repartie d’elle-même dans sa chambre les nuit suivante (ma fille à 5 ans).Mon fils de 18 mois ne s’endore pas bien entre nous deux, donc pas de co-dodo avec lui jusqu’a présent, mais ça vient de lui ;o) Par contre, quand on en discute avec des amis il en est hors de question pour eux. Bref, tout ça pour dire que chacun fait comme il le sent et qu’il n’y a pas de modèle.

    Reply
  4. Shizuka

    Je me souviens encore de la reaction du pediatre francais, quand je lui avais dit qu’on dormait avec notre enfant de 3 ans dans la chambre.
    “Eh bien ma pauvre dame, ca ne doit pas vous faire des nuits tres epanouissantes sur le plan amoureux!”
    J’avais failli repondre “et alors Docteur, il n’y a pas que les nuits!”
    Mais on n’a jamais dormi avec le bebe entre nous, sauf en cas de reveil nocturne ou cauchemar, parce que j’avais toujours un peu peur de l’etouffer, ce qui m’empechait de bien dormir.

    Pour en revenir au texte anglais…
    Les etudes faites sur le co-sleeping en Occident montrent qu’il a surtout lieu dans des milieux defavorises, ne respectant pas les mesures contre la mort subite, et couchant le bebe sur le ventre, alors qu’en Chine le co-sleeping est pratique avec le bebe couche sur le dos.

    Mais il est bien connu que les Chinois et les Japonais n’y connaissent rien en puericulture!

    Reply
  5. elise

    Enceinte de 8 mois, je lis pas mal de choses sur le sujet et en effet, le cododo (terme usite) est peu valorise en France pour une raison explicite: peur d’ecraser le petit ou d’augmenter sa temperature (corps des parents, couette familiale) et aussi pour une raison moins explicite -qui me parle plus -personnellement: je ne suis pas sure que ce soit le top pour l’intimite du couple …

    et je ne parle pas QUE de la partie “cul” qui en effet n’est pas cantonnee au nuits, dieu merci.

    Je sais par exemple que je ne pourrai sans doute pas dormir avec mon enfant dans mon lit sans me sentir plus “mere” que “femme” et que bon, pour ma part, la parentalite a des limites ou ma vie doit reprendre ses droits.

    Apres, chacun gere sa vie amoureuse comme il le veut et il ne faut jamais dire jamais…

    Reply
  6. Flo a Singap

    Pour ma fille (premier bebe), je n’ai pas ose, par peur de l’ecraser… Elle a dormi des sa premiere nuit chez nous dans son berceau et dans la piece a cote. Pour mon fils, changement de decor : aucun probleme pour le prendre avec moi a la maternite, cela s’est fait tout naturellement. Et puis les circonstances ont fait que sans etre systematique on a quand meme fait pas mal de cododo. Le seul reel probleme pour moi c’est que je dors tres mal avec un bebe ou un enfant a mes cotes (cette nuit ma grande est venue nous rejoindre a 5h pour cause de draps trempes, et je n’ai pas pu me rendormir !), donc personnellement je prefere que l’enfant dorme seul, dans son lit. Mais d’un autre cote, je reconnais tout a fait qu’un bebe ait besoin de dormir pres de ses parents, c’etait le cas de mon fils et cela ne s’est pas trop mal passe.
    En France la pratique du co dodo est quand meme de plus en plus repandue (cherche “maternage” dans gooogle 😉 ) . Comme pour l’allaitement long, il y a des detracteurs, mais il faut laisser les chiens aboyer tant que la caravane roule…
    Comment Y vit elle son statut de working mum ? 😉

    Reply
  7. tinou

    moi je cherche quelqu’un pour faire du co-sleeping avec moi, n’importe qui. La je fais du mono-sleeping et ca me pese…

    Je pense cher Cable qu’il faut que vous fassiez comme vous le sentez sans vous preoccuper du quand dira t-on.

    Sinon est ce qu’il y a des Japonais contre la poussette?

    Reply
  8. Al

    Dans le même genre, la France, surmédicalisée au niveau des grossesses et des accouchements, a un taux de mortalité plus important que celui de la Hollande, où la maternité est vécue de manière beaucoup plus naturelle.

    Personnellement j’adore dormir avec les filles (ce qui arrive très occasionnellement, en gros quand on ne peut pas faire autrement, c-a-d en vacances) même si E a tendance à faire l’étoile de mer au milieu du lit. Mais j’aurai eu du mal à assumer tous les jours. J’ai besoin d’espace vital (vide).

    Reply
  9. laurent

    Hônnetemlnt je n’ai pas d’opinioin sur le sujet. Mais dormir avec ses parents jusqu’à un âge avancé me parait natrurellement bizarre. Je n’ai rien contre et je réagis surement comme ça car quand j’étais enfant, la chambre de mes parents était un espace privé et bien gardé, auquel on ne pouvait accéder que le dimanche matin, histoire de sauter à pieds joints sur le lit et bien ennuyer nos parents qui vaient leur semaine de boulot à récupérer…Mais je crois que ça m’aurais surtout gonflé de rester avec mes parents pour dormir. Enfon, c’est une question d’habitude culturelle. Mais n’y a t il pas un danger d’écraser le bébé par inadvertance?

    Reply
  10. Delphine Arnault

    Bonjour!je viens de lire votre article,je suis moi meme francaise et je vis en Irlande depuis 2003,mon ami et moi avons une petite fille de 17 mois, elle a toujours dormi avec nous, c est un vrai plaisir, quand elle etait toute petite,je me reveillais la nuit pour lui donner le sein et on se rendormait sans inquietude, elle est maintenant une petite fille independante,epanouie, et je pense tres heureuse,et elle dormira dans son lit quand elle sera prete.Je pense que la France est bien trop stricte, pourquoi mettre un nouveau ne dans un lit tout seul dans une chambre dans le noir, ca n a pas de sens, pour moi c est contre nature,et j ai horreur des gens en France qui me disent que je ne devrais pas dormir avec mon bebe et qu elle sera dependante, car c est en fait l inverse, elle se sent aimee donc elle n a pas d angoisse et donc elle est independante et elle a confiance en elle!bref, je suis vraiment en faveur du co-sleeping(et en effet comme vous dites il y amoins de mort subite du nouveau ne dans les pays qui pratiquent le co-sleeping, la France devrait prendre l exemple).

    Reply
  11. Sylvain

    Juste histoire de faire la conversation…
    J’imagine que se faire repprocher de dormir avec son enfant n’est pas agréable. C’est le genre de remise en cause dont on se passe bien. Mais pourquoi insister pour que la France prenne exemple, en remplaçant le diktat du “l’enfant doit dormir dans son lit, dans sa chambre” par celui du “l’enfant doit dormir dans le lit parental” ?
    Je ne pense pas qu’il y ait une bonne et une mauvaise solution. Chacun vit en accord avec sa culture, ses valeurs, sa réalité. On peut aussi mettre le lit de l’enfant dans la chambre parentale (solution pour laquelle nous avions opté). Chacun fait comme il le sent et il faut laisser parler les donneurs de leçons (dont je fais occasionnellement partie).

    Reply
  12. Sophie

    Bonsoir ,

    J’ai trouvé cet article et ses commentaires très intéressants , d’autant plus qu’il est difficile de trouver des informations sur le sujet .

    Pour m

    Reply
  13. Sophie

    oups petit problème technique …

    pour ma part , j’ai accouché le 22 mai de ma fille un mois en avance en urgence par une césarienne non programmée , je l’allaite , et la première semaine à l’hopital elle ne dormait pas avec moi mais dans son lit et en pouponnière quand je ne pouvais pas me déplacer les premiers jours . A la maison la deuxième semaine elle dormait dans son lit et je me levais malgré la douleur à chaque fois pour lui donner le sein , pensant qu’il ne fallait surtout pas l’habituer à dormir avec nous . La 3 ème semaine , premier pic de croissance , elle grandissait et avait besoin de beaucoup de lait et réclamait presque toute les demi heure j’ai alors commencé à dormir avec elle et ceci jusqu’à aujourd’hui ! c’est beaucoup plus facile pour moi la nuit de l’avoir à mes côtés pour lui donner le sein , je dors mieux ainsi je peux me reposer , je suis soutenu par les puéricultrices et pédiatres qui la suivent , en revanche l’entourage , la famille , la société française si je les écoute … Le seul inconvénient que j’y trouve est la difficulté de remettre bébé dans son lit .

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.