Plaques d’immatriculation japonaises

Séquence nostalgie: à 13 ans, j’effectue mon premier séjour en home-stay en Angleterre. Je remarque très vite leurs plaques d’immatriculation différentes de “chez nous”. Je demande à ma famille d’accueil de m’expliquer leur système de plaques, et ils m’expliquent. Je remarque alors qu’il y a un peu plus d’informations disponibles que les plaques françaises.

Parce qu’en France, on doit avoir les plaques d’immatriculation les plus simples de la planète pour un pays de plusieurs millions d’habitants.

J’arrive au Japon en 1999, je remarque leurs plaques d’immatriculation. Je demande à ma famille d’accueil de m’en donner la lecture et la logique, et là, surprise (le début d’une longue série de surprises, en fait): ils me disent qu’ils n’en savent rien. Je demande régulièrement à des japonais la signification de leurs plaques d’immatriculation, et jusqu’à présent personne n’a pu me répondre. Alors je fais un article (le premier du genre en français?) sur le sujet.

Voici une plaque typique (déjà vue dans mon article sur les parkings).

On n’imagine pas le nombre d’informations contenues dans les plaques japonaises. On voit que ce n’est pas un pays orienté vers la protection des données personnelles. Commençons. Accrochez-vous.

  • En haut à gauche

Le kanji en haut à gauche représente la location du bureau (de l’office des transports terrestres [ci-dessous OTT] ) qui a attribué la plaque. Ce bureau se trouvera forcément dans la préfecture du propriétaire (ou plutôt de l’utilisateur) de la voiture. Dans l’exemple ci-dessus, il s’agit de Sakai (堺) dans la préfecture d’Osaka.

Il n’y a pas de logique dans la liste de ces bureaux, mais évidemment celle-ci est fixe. Peu de bureaux de l’administration se déplacent…

Tokyo compte 5 de ces bureaux: Nerima, Tama, Shinagawa, Adachi, Hachiōji. Les petites préfectures ne comptent qu’un seul bureau de délivrance de plaques (par exemple: Gunma ou Akita), et la plus grande de toutes les préfectures, Hokkaido, en compte 7 (à noter que Hokkaido n’est généralement pas désignée comme étant une préfecture, sauf lorsqu’on veut bien signifier qu’on parle de la région [administrative], et non pas de l’île [géographique]).

La préfecture de Kanagawa (celle où j’habite) en compte 4: Yokohama, Kawasaki, Shōnan, Sagami. Ma plaque fut délivrée par le bureau de Yokohama.

Enfin, les noms de bureaux peuvent être de un, deux, trois ou quatre kanji (puisque c’est le nom d’un lieu). Les noms de lieu ne sont pas abrégés, donc en verra effectivement marqué sur les plaques respectives, par exemple, 堺 (Sakai), 横浜 (Yokohama), 名古屋 (Nagoya), ou bien 尾張小牧 (Owarikomaki).

On compte 87 bureaux au Japon délivrant ces plaques avec, donc, 87 parties supérieure gauche différentes.

  • En haut à droite (sur l’exemple ci-dessus: 330)

Le premier chiffre indique le type de véhicule et sa cylindrée. Le premier chiffre peut être:

1: Camion pour transport de marchandises (cylindrée de plus de 2000cc)

2: Transports en commun de 11 personnes ou plus (bus, car)

3: Voiture avec cylindrée dépassant les 2000cc

4: Petit camion de transport de marchandises (cylindrée de moins de 2000cc)

5: Voiture avec cylindrée de moins de 2000cc

6: Camion à 3 roues (plus utilisé sauf cas spécial, c.f. ci-dessous)

7: Voiture à 3 roues (plus utilisé sauf cas spécial, c.f. ci-dessous)

8: Camion de Pompiers, voiture de police, ambulance, etc.

9: Gros véhicule spécial (tractopelle, tracteur, etc)

0: Grue ou autre véhicule spécial utilisé dans le secteur de la construction

Les véhicules avec un moteur diesel sont placés dans la catégorie des “gros” (soit 3 pour les voitures, 1 pour les camions).

Ce nombre en haut à droite peut être un nombre à deux ou trois chiffres. Les nombres à trois chiffres furent en fait introduits en 1998, et en même temps fut introduite la possibilité de choisir son numéro (moyennant un petit paiement).

Les nombres à deux chiffres

Les plaques à nombre à deux chiffres sont tous distribués arbitrairement par l’administration; le propriétaire ne peut pas choisir ses numéros en ce cas. Le deuxième chiffre peut aller de 0 à 9, donc on aura de 10 à 19 pour les gros camions, de 20 à 29 pour les bus, etc.

Les nombres 47, 57, et 87 sont réservés aux plaques lumineuses (dont le propriétaire doit faire la demande, et, bien sûr payer pour).

Les nombres à trois chiffres

  • Les nombres commençant par 1, 2, 3, 9, ou 0

Les deux chiffres de droite étant de 00 à 29 (de 100 à 129, de 200 à 229, etc.): nombres attribués arbitrairement par l’OTT.

De 30 à 98 (de 130 à 198, de 230 à 298, etc.): nombres choisis et payés par le propriétaire.

  • Les nombres commençant par 4, 5, ou 8

De 00 à 29 (de 400 à 429, etc.): nombres attribués arbitrairement par l’OTT

De 30 à 79 (de 430 à 479, etc.): nombres choisis et payés par le propriétaire.

De 80 à 82 (de 480 à 482, etc.): nombres attribués arbitrairement par l’OTT, réservés aux véhicules avec une cylindrée de moins de 660cc, ET aux plaques lumineuses (sur demande du propriétaire).

De 83 à 98 (de 483 à 498, etc.): nombres réservés aux véhicules avec une cylindrée de moins de 660cc, attribués arbitrairement par l’OTT ou choisis et payés par le propriétaire.

  • Les nombres commençant par 6 ou 7

Le premier chiffre 6 est utilisé pour les mêmes véhicules que ceux de la catégorie du premier chiffre 4. Le premier chiffre 7 est utilisé pour les mêmes véhicules que ceux de la catégorie du premier chiffre 5.

De 00 à 79 (de 600 à 679, et de 700 à 779): nombres choisis et payés par le propriétaire.

De 80 à 98 (de 680 à 698, et de 780 à 798): nombres réservés aux véhicules avec une cylindrée de moins de 660cc, et choisis et payés par le propriétaire.

Quelque soit le premier chiffre, les derniers chiffres ne seront jamais 99. Un numéro sous la forme x99 représente une voiture dont le propriétaire n’habite plus dans la même préfecture, et dont la nouvelle plaque est en train d’être préparée (période d’à peine quelques jours/semaines).

Vous vous rendez compte que les pompiers peuvent choisir leur numéro de plaque, et peuvent même demander une plaque lumineuse. Ils n’ont que ça à faire?

  • La taille des plaques

Les quatres roues utilisent des plaques de deux tailles différentes, les grandes plaques et les plaques de taille moyenne (les petites plaques sont utilisées par les deux roues).

Les grandes plaques: 44cm x 22 cm.

Les plaques de taille moyenne: 33cm x 16.5 cm

Nombre en haut à droite commençant par 1: les camions avec une charge utile supérieure à 5 tonnes doivent utiliser les grandes plaques. Les autres utilisent les plaques de taille moyenne.

Nombre en haut à droite commençant par 2: les transports de 30 personnes ou plus utilisent les grandes plaques. Les transports de 29 personnes ou moins utilisent les plaques de taille moyenne.

Nombre en haut à droite commençant par 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 0: utilisent les plaques de taille moyenne.

  • En bas à gauche (sur l’exemple ci-dessus: さ)

On y trouve toujours un hiragana (sauf plaques spéciales). Les hiragana diffèrent selon plusieurs critères, dont parfois le type du propriétaire.

1) Les transports pour usage personnel

Les hiragana utilisés peuvent être ceux-ci.

  • Pour les plaques dont le nombre en haut à droite commence par un 1 ou un 8:

さ す せ そ た : véhicules qui ont deux plaques de taille moyenne (une à l’avant, une à l’arrière)

は : véhicules qui ont deux grandes plaques (une à l’avant, une à l’arrière)

も : véhicules qui n’ont qu’une seule grande plaque (à l’arrière) lumineuse

や : véhicules qui n’ont qu’une seule plaque de taille moyenne (à l’arrière)

ゆ : véhicules qui n’ont qu’une seule grande plaque (à l’arrière)

ら : véhicules qui ont deux grandes plaques (une à l’avant, une à l’arrière) lumineuses

る : véhicules qui n’ont qu’une seule plaque de taille moyenne (à l’arrière) lumineuse

ろ : véhicules qui ont deux plaques de taille moyenne (une à l’avant, une à l’arrière) lumineuses

On trouve aussi ces hiragana: ち つ て と な に ぬ ね の ひ ふ ほ ま み む め り mais pour le moment, personne n’a vérifié dans quels cas elles sont utilisés.

  • Pour les plaques dont le nombre en haut à droite commence par un 2:

On peut trouver les mêmes hiragana que pour les nombres commençant par un 1: さ す せ そ た ち つ て と な に ぬ ね の は ひ ふ ほ ま み む め も や ゆ ら り る ろ

Les véhicules n’ayant qu’une seule plaque (à l’arrière) n’existent pas dans cette catégorie.

  • Pour les plaques dont le nombre en haut à droite commence par un 3:

さ す せ そ た ち つ て と な に ぬ ね の は ひ ふ ほ ま み む め も や ゆ ら り る: véhicules qui ont deux plaques de taille moyenne (une à l’avant, une à l’arrière)

ろ : véhicules qui ont deux plaques de taille moyenne (une à l’avant, une à l’arrière) lumineuses

  • Pour les plaques dont le nombre en haut à droite commence par un 4 ou un 6:

さ す せ そ た ち つ て と な に ぬ ね の は ひ ふ ほ ま み む め も ゆ: véhicules qui ont deux plaques de taille moyenne (une à l’avant, une à l’arrière)

や : véhicules qui n’ont qu’une seule plaque de taille moyenne (à l’arrière) lumineuse

る : véhicules qui n’ont qu’une seule plaque de taille moyenne (à l’arrière)

ろ : véhicules qui ont deux plaques de taille moyenne (une à l’avant, une à l’arrière) lumineuses

  • Pour les plaques dont le nombre en haut à droite commence par un 5 ou un 7:

さ す せ そ た ち つ て と な に ぬ ね の は ひ ふ ほ ま み む め も ゆ ら り: véhicules qui ont deux plaques de taille moyenne (une à l’avant, une à l’arrière)

や : véhicules qui n’ont qu’une seule plaque de taille moyenne (à l’arrière) lumineuse

る : véhicules qui n’ont qu’une seule plaque de taille moyenne (à l’arrière)

ろ : véhicules qui ont deux plaques de taille moyenne (une à l’avant, une à l’arrière) lumineuses

On trouve hélas plein d’exceptions sur les règles ci-dessus, selon les préfectures. Pour donner un exemple, り est utilisé pour les “véhicules qui ont deux plaques de taille moyenne lumineuses” en dehors des préfectures de Tokyo, Kanagawa, Chiba, Niigata, Toyama, Ishikawa, Nagano. Car figurez-vous que les préfectures s’amusent à rajouter leur règles spéciales à un système déjà bien complexe.

  • Pour les plaques dont le nombre en haut à droite commence par un 9 ou un 0:

さ : véhicules qui ont deux plaques de taille moyenne (une à l’avant, une à l’arrière) や : véhicules qui n’ont qu’une seule plaque de taille moyenne (à l’arrière) lumineuse

る : véhicules qui n’ont qu’une seule plaque de taille moyenne (à l’arrière)

ろ : véhicules qui ont deux plaques de taille moyenne (une à l’avant, une à l’arrière) lumineuses

On trouve également ces hiraganas: す せ そ た ち つ て と な に ぬ ね の は ひ ふ ほ ま み む め も ゆ ら り, mais personne n’a encore vérifié dans quels cas ils sont utilisés.

Tout ça n’était que pour les véhicules à usage personnel. Voici les autres catégories.

2) Les transports pour militaires américains

E, H, K, M : véhicule propriété de l’armée américaine. Véhicule non taxable.

T : véhicule personnel de militaire américain, importé par ses soins. Taxable.

Y : véhicule personnel de militaire américain, acheté au Japon. Taxable.

よ : véhicule de retraité ou bien de démobilisé de l’armée américaine.

3) Véhicules de location

れ, わ : tous véhicules.

A noter qu’à ce moment-là, les deux derniers chiffres du nombre en haut à droite prennent une signification particulière:

Deux derniers chiffres étant 00: véhicules qui ont deux plaques de taille moyenne (une à l’avant, une à l’arrière)

Deux derniers chiffres étant 05: véhicules qui n’ont qu’une seule plaque de taille moyenne (à l’arrière)

Deux derniers chiffres étant 10: véhicules qui ont deux grandes plaques (une à l’avant, une à l’arrière)

Deux derniers chiffres étant 15: véhicules qui n’ont qu’une seule grande plaque (à l’arrière)

Deux derniers chiffres étant 16: véhicules qui ont deux plaques de taille moyenne (une à l’avant, une à l’arrière) lumineuses

Deux derniers chiffres étant 17: véhicules qui n’ont qu’une seule plaque de taille moyenne (à l’arrière) lumineuse

Deux derniers chiffres étant 18: véhicules qui ont deux grandes plaques (une à l’avant, une à l’arrière) lumineuses

Deux derniers chiffres étant 19: véhicules qui n’ont qu’une seule grande plaque (à l’arrière) lumineuse

Là encore, on trouve des tas d’exceptions. Par exemple, si le nombre en haut à droite commence par un 5, alors le nombre 505 peut être utilisé pour les véhicules ayant deux plaques.

4) Véhicules commerciaux, de société

あ, い : véhicules qui ont deux plaques de taille moyenne (une à l’avant, une à l’arrière)

う : véhicules qui n’ont qu’une seule plaque de taille moyenne (à l’arrière) lumineuse

え : véhicules qui n’ont qu’une seule grande plaque (à l’arrière)

か, き : Véhicules qui ont deux grandes plaques (une à l’avant, une à l’arrière)

く : véhicules qui n’ont qu’une seule plaque de taille moyenne (à l’arrière) lumineuse

け : véhicules qui ont deux grandes plaques (une à l’avant, une à l’arrière) lumineuses

こ : véhicules qui ont deux plaques de taille moyenne (une à l’avant, une à l’arrière) lumineuses

を : véhicules qui n’ont qu’une seule plaque de taille moyenne (à l’arrière)

A noter que quelle que soit la catégorie, les hiragana suivants ne sont pas utilisés: お (car il ressemble trop au あ), し (car le kanji 死 se prononce pareil et veut dire “mort”), へ (fait penser à “faible émissions de CO2”), ん (trop difficile à se faire comprendre en cas de communication orale).

Personnellement, je me demande bien ce qu’on n’en a à foutre de marquer sur la plaque que celle-ci est illuminée…Il suffit de la voir pour le savoir…A moins d’être aveugle, mais un aveugle va avoir du mal à lire une plaque d’immatriculation de toute façon, et les plaques en braille n’existent pas encore (vous imaginez un aveugle venir mettre sa main sur la plaque pour lire le numéro? Sans doute pour dénoncer un crime qu’il aurait….vu??). Et quelle est l’importance de savoir que le véhicule a deux plaques ou une seule? Mystère.

  • En bas à droite (sur l’exemple ci-dessus: ・824)

Ce sont juste des numéros de série, c’est à dire qu’après 1234 vient 1235 (par exemple). Notez que le nombre est séparé en deux nombres de deux chiffres, et parfois l’espace est noté par un tiret. On peut donc avoir 11 11 ou bien 11-11.

Si le(s) premier(s) chiffre(s) est(sont) un(des) zéros, on met un point à la place. On aura donc par exemple ・111 pour 0111, ・・11 pour 0011, ・・・1 pour 0001. Notons que ・・・・ (0000) n’existe pas.

Pour anecdote, les nombres se finissant par 42 ou par 49 ne sont pas attribués, à cause de leur signification (rapport assez direct avec la mort, pour cause d’homonymie). Chose amusante, le numéro 4219 qui, quand il est lu, est un homonyme de “je me précipite vers la mort”, est pourtant attribué.

Les numéros finissant par 13 ne sont pas attribués aux véhicules utilisés par les soldats américains.

  • La couleur des plaques

Là aussi, c’est assez simple.

Fond blanc, lettres vertes: véhicule à usage personnel

Fond vert, lettres blanches: véhicule commercial

Fond jaune, lettres noires: véhicule avec cylindrée de moins de 660cc, pour usage personnel

Fond noir, lettres jaunes: véhicule avec cylindrée de moins de 660cc, pour usage professionnel

Comme d’habitude, il y a des cas spéciaux. Je ne vais en citer que deux (le premier étant assez courant sur Tokyo):

1) Les plaques de diplomates étrangers, attribuées par le ministère des affaires étrangères. Ces plaques sont bleues, avec le kanji 外 marqué en blanc à la place de l’habituel hiragana, et maximum cinq chiffres, en blanc également. Ces voitures sont non taxables, et les flics n’ont pas le droit d’y toucher ou de leur mettre un PV (c’est pour ça qu’elles sont toujours garées n’importe comment 😉 ).

2) Les plaques avec une ligne rouge en travers; ce sont pour les véhicules dont le contrôle technique n’a pas été fait, et qui sont donc normalement en interdiction de rouler. Mais pour une raison particulière, précise, justifiée, et limitée dans le temps, l’OTT peut attribuer une telle plaque.

Conclusion!

Je crois que c’est à peu près tout. Je n’ai cité que très peu de cas particuliers, mais rappelez-vous qu’il en existe beaucoup.

Le même genre de règles existent pour les deux roues motorisées, vous me permettrez de sauter leur explication, qui est tout aussi pénible et qui en fait ressemble assez aux règles des plaques de voitures.

Si un jour vous avez un accident et que l’adversaire se barre sans demander son reste, bon courage pour relever son numéro. Surtout si vous ne savez pas lire le japonais.

22 thoughts on “Plaques d’immatriculation japonaises

  1. Thibault

    Quel courage pour repertorier tout cela!

    Juste une petite precision si je peux me permettre a propos des emissions de gaz. Le terme en japonais peut preter à confusion (排気量), mais ce chiffre correspond en fait à ce que l’on appelle en francais la cylindree du vehicule.
    Par exemple ta Dualis doit faire 1997cm3 de cylindree pour ne pas passer en categorie superieure, mais ses emissions de gaz (CO2 par ex) ou 排出量 sont probablement de 100 a 200g/km.

    Tres instructif en tout cas, surtout pour les hiraganas, je pensais que c’etait sequentiel.

    Reply
  2. Cable Post author

    Ah, merci! J’avais trouvé ça troublant effectivement, mais même la traduction en anglais ne m’avait pas aidé (“displacement volume”), et j’avais donc préféré traduire mot-à-mot. Je vais modifier l’article ce soir.

    Reply
  3. lawren00

    Eh ben, j’ai lu les 4 premiers paragraphes, puis la conclusion !! Je pensais pas que ça pouvait être aussi compliqué. En Corée, il avait dans la plaque le nom du département + un chiffre qui répertorié le quartier. Ensuite une syllabe et un nombre à 4 chiffres. Ca semble fonctionner commen en France en fait. Mais finalement ils ont retiré récemment le nom du département pour éviter les comportements non civiques (Par exemple grande rivalité entre les gens de Gwangju et Pusan…)

    Reply
  4. Cyril

    le pauvre petit flic jap qui dois connaitre tout ca ! ils aiment bien aussi les complications bureaucratiques.

    c’est cool les plaques lumineuses.

    Reply
  5. Floooo

    Niquel article bien fait et un des seuls que j’ai trouvé !

    par contre 5 c’est les véhicules de moins de 2000 cc au lieu de plus vu ce qu’il y a écris par la suite !

    Merci !

    Reply
  6. Al

    Super quelqu’un a remonté l’article pour moi coool

    bon euh je voudrais pas dire mais c’est un truc de psychopathe.
    simplifions, simplifions ……

    je retiens sur la première ligne
    le nom du bureau d’attribution du numéro d’immatriculation suivi d’un chiffre pour identifier le véhicule et d’un numéro d’ordre choisi ou non
    sur la deuxième ligne
    un hiragana identifiant en gros le type de plaque suivi d’un numéro d’ordre

    au passage on supprime les homonymies avec la mort et on a quelques exceptions en cas de véhicule militaire américain

    j’ai bon ?

    Reply
  7. GABOLEM

    Merci pour cet article qui répond à une série de questions que je n’ai cessé de me poser au cours d’un récent voyage au Japon. J’avais trouvé le truc des 1, 2 , 3, 5 (moins de 2000cc, comme le remarque un commentateur), mais pour le reste , je pouvais m’accrocher. Quelqu’un qui vit au Japon depuis une dizaine d’année ne comprenait toujours pas le système et m’avait indiqué qu’on pouvait choisir son chiffre séquentiel (24-46, par exemple), s’il était disponible, en fonction de préférences personnelles (porte-bonheur, etc.).

    Reply
  8. Pingback: Changement de plaques | Un pixel au Japon

  9. bcg

    Super article !! Génial !!
    « Si un jour vous avez un accident et que l’adversaire se barre sans demander son reste, bon courage pour relever son numéro. Surtout si vous ne savez pas lire le japonais »
    Justement, ça m’est arrivé (au début de mon séjour au Japon) et j’ai eu le temps de mémoriser la plaque, ce qui fait que le fuyard a été retrouvé par la police et est venu s’excuser à genoux (!) chez moi avec son patron. La voiture appartenait à l’entreprise.

    Reply
  10. Pingback: Dernier jour… | Laurent Pérégrin

  11. Pingback: 字光式 – jiko shiki – 神龍 – Shinryu

  12. Pierre_s

    Bonjour et puisque nous sommes le 1er janvier 2019 : Bonne et heureuse année 2019
    Je suis vraiment très impressionné par votre article sur les plaques minéralogiques japonaises. Good job! Bravo ! Un ami vivant au Japon m’avait sommairement donné quelques informations et je cherchais à en savoir plus pour documenter des photos de voyage… On ne peut mieux faire…
    J’ai parcouru rapidement quelques un de vos articles qui m’ont touché…
    J’habite à la périphérie de Nantes et j’ai lu que vous étiez originaire de cette ville donc une raison de plus pour vous remercier et vous redire mes meilleurs voeux.
    Pierre

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.