Category Archives: Amis/Famille

La photo de famille

Photo de famille prise à l’occasion de la fête des 7-5-3 de Ryu. Elle va sûrement finir sur notre carte de vœux du nouvel an. Les enfants sont beaux comme d’hab. Si la beauté est temporaire, c’est à l’échelle des immortels.

photo

Darth R

Mon petit padawan a bien travaillé, et a mérité son nom de Darth Ryu. L’autre soir, il est tombé sur Obiwan et Leïa. Il a commencé par latter cette pédale d’Obiwan, mais ce fourbe lui a tiré son sabre laser. Qu’importe, il lui a mis sa  raclée avec son propre sabre, et preuve que la force était avec lui, il n’a même pas eu besoin de regarder son adversaire durant le combat.

Puis, après que Darth Ryu ait récupéré son sabre, cette trainée de Leïa s’est incrustée dans la bataille. On rêve, la représentante du MLF a fait sa star (wars).

Les sabres laser ont bien plû à Ryu, et c’est un euphémisme. A 15000 JPY pièce, ça pourrait faire un bon cadeau d’anniversaire, vous croyez?

Samedi dernier, on a reçu les camarades de classe de MBA de Yukiko à la maison. L’un d’eux a amené les sabres. Les étudiants en MBA sont de grands enfants, mais c’est certain, ce n’était pas des cons; bonne discussion, bon humour, bonne éducation… on a passé un bon moment. J’ai quand même beaucoup de chance d’avoir l’occasion de rencontrer des gens biens avec une bonne caboche au travail et dans le privé.

Autre chose, Ryu a clairement oublié le temps où il avait peur des gens qu’il ne connaissait pas (ça fait quelques mois en fait); maintenant, tout le monde est son pote, surtout si on s’amuse avec lui. Ce samedi, il a réussi à attirer un étudiant dans la salle de jeu des enfants et à le monopoliser pendant 15 minutes, jusqu’à ce qu’on s’aperçoive qu’il n’était plus avec nous et qu’on aille libérer le pauvre étudiant qui n’avait pas osé dire à Ryu de le lâcher. Ryu adore les fêtes et les réunions, et ça fait plaisir à le voir en grande forme dans ces moments-là.

Nouvel appareil

Nouvel appareil photo de mauvaise qualité à la maison. Il est de mauvaise qualité, mais il ne fait pas que des photos. Bon, j’en reparlerai (je garantis pas quand par contre). En tout cas, on a une photo de famille maintenant! C’est rare!

C’est à peu près la seule photo où Ryu est sérieux dessus, et j’adore la tête qu’il nous fait. En plus, son frère le fixe des yeux.

Et voici une photo un peu plus typique:

Voyage en France (suite et fin)

(les photos ne sont pas du voyage en France [sauf celle de la cathédrale]…après 3 mois, ça aurait fait bizarre sinon)

Peu de choses à dire pour la fin du voyage en France de juin dernier, mais pas les moins importantes.

La fin du voyage fut tranquille, comme le début. Yukiko voulait absolument retourner dans la boutique Max Mara de la rue Crébillon, où elle fait des affaires à chacun de nos voyages à Nantes. Mais voilà que le dit magasin fermait quelques semaines plus tard et bradait à tour de bras. Yukiko a trouvé une paire de bottes bradée à 80%. Elle essaie la paire de couleur noire, puis celle de couleur marron. Les deux à la bonne taille, les deux seules paires qui restent dans le magasin. Elle dit “je les prends”, et la vendeuse “la paire noire ou la marron?”. Ahahah. “Ben les deux” répond Yukiko, tandis que ma visa manque de fondre dans mon portefeuille en entendant ça.

La promenade dans Nantes fut globalement bonne. Rues désertes, magasins vides, mais terrasses pleines. On a trouvé un magasin de jouets très chouette, avec des voitures pour enfants que Ryu a adoré. Pas super chères, mais impossible à mettre dans une valise. Beaucoup de gens furent très gentils avec Ryu, en particulier quand celui-ci s’intéressait à leur chien.

pisc

Ryu adore l'eau (sauf quand on lui fait un shampooing)

Cela faisait quelque temps que Yukiko me disait qu’elle était “en retard”, et depuis notre arrivée en France Yukiko avait pas mal de nausées. On a mis quelques jours à se dire “Et si?”. Un tour à la parapharma, et hop! Deux lignes verticales scellent notre destin pour les années à venir. Rares sont ceux qui apprennent qu’ils attendent un enfant durant leurs vacances à l’étranger. On entend souvent des femmes dire “je suis tombé enceinte pendant ma lune de miel” ou “pendant notre week-end à xxx” (je me demande comment elles font pour savoir avec une telle précision), mais jamais “j’ai appris que j’étais enceinte pendant nos vacances en France”.

On devait prendre le train de Nantes pour aller à Roissy et sauter dans l’avion pour le Japon, mais avec un départ à 6h du matin et un Ryu prêt à être en forme dans l’avion, on s’est dit qu’il vaudrait mieux y aller un jour avant. Mes parents nous ont proposé de nous accompagner en voiture, et c’est ce qu’on a fait.

chartres

En blanc: les parties rénovées. En noir: le reste.

Un tour par Chartres pour voir la cathédrale que mon beau-père souhaiterait absolument voir; on l’a vue pour lui. Et ça nous a mis en retard pour l’arrivée à Paris. Résultat, on est arrivé en pleine heure de pointe, un vendredi soir. Oops.

J’ai conduit sur le périphérique, et ce fut du sport. Regarder les portes défiler en priant qu’on ne rate pas la bonne, éviter les bagnoles en panne en plein milieu du périf’, les queues de poisson, les appels de phares, les coups de klaxon, tout ça fut terriblement… amusant au final. Ça ne s’est pas mal passé, j’attendais quelque chose de bien plus violent; la lucarne offerte par les journaux en ligne français ont biaisé ma vue, c’est certain.

L’aéroport de Roissy est toujours aussi froid, sale, bruyant, plein de courants d’air. C’est toujours le bordel lors du passage des détecteurs (comme dans tous les aéroports?). Les gars de la sécurité m’ont toujours pris la tête à ce passage à Paris, mais là, non. Grosse surprise. Le gars en charge de mon couloir m’a fait ouvrir les bagages car j’y avais un bocal de nutella, interdit en cabine (je ne le savais pas, mais ce ne sont pas que les liquides qui sont interdits; les pâtes en tous genre comme le dentifrice ou le nutella aussi). Le gars était bien embêté car la règle disait qu’il devait me le confisquer, mais lui n’avait pas envie de me priver de nutella. Il a hésité, demandé leur avis à deux de ses collègues (l’une très sympa dit “mais rends-lui donc”, l’autre gros con dit “la règle est la règle, on transige pas!”), m’a parlé un peu, m’a bien regardé, etc, et me l’a rendu. Allez, le gars m’a profilé, il y a des pays dont c’est la technique pour scruter les passagers et repérer les terroristes. Il s’est dit qu’il n’y avait pas de risques avec moi. Merci à lui, et en plus il a gardé le sourire d’un bout à l’autre sans me faire de morale à la con.

Ryu dans l’avion avait la pêche, comme prévu. Pendant que tout le monde essayait de se calquer sur le rythme japonais et de dormir, Ryu vivait au rythme français (journée), et n’a pas du tout dormi. Ryu a découvert les merveilles du cri strident, une première. Il a aussi fait les couloirs de l’avion dans leurs longueurs, de tout au fond, jusqu’au tout devant la classe économique (heureusement, il n’a jamais osé franchir le rideau séparant les classes affaires et éco). Ça fait de sacrés longueurs, mine de rien. Il allait tout au fond, disait coucou aux hôtesses, puis repartait devant aussitôt, en prenant appui sur les genoux des gens assis “côté couloir” ou sur leur repose-bras, parfois en se prenant un repose bras dans l’épaule, perdant l’équilibre et s’écroûlant par terre, à cause d’un mouvement brusque de l’avion. Mais il se remettait debout sans rien dire et repartait de plus belle. Il y avait une autre famille franco-japonaise dans l’avion, avec deux petites filles de 4 et 6 ans, qui ont été aussi très gentilles avec Ryu. On n’a eu aucune plainte des 4 personnes âgées dans le rang à côté de nous, alors qu’elles essayaient de dormir et que Ryu poussait ses cris stridents. Après leur réveil, elles lui ont même fait des coucous plein sourire, sympa non? Ryu les a totalement ignoré bien sûr (dans le genre “qu’est-ce qu’ils me veulent eux?”), j’étais navré pour eux.

Dans l’ensemble, un voyage formidable, où on a rencontré une quantité de gens sympas dans des proportions que je n’avais jamais vues. On a bien mangé, on est pas mal sortis, on a vu la mer, des animaux, on a profité du soleil et du jardin de mes parents. Excellent voyage!

Ryu prêt à enfourcher son vélo

Ryu prêt à enfourcher son vélo

Voyage en France (suite)

L’un des grands moments attendus de ce voyage (surtout par Yukiko) était la plage. Yukiko et moi en avions ras-le-bol de Pornic, et La Baule était trop loin à notre goût. Et puis on n’avait pas envie de luxe et d’un beau front de mer, mais juste de sable et de mer. Alors on est allés à St Brévin.

plage4

Ce parasol est aussi vieux que moi

Si Ryu n’a pas aimé le contact des pieds avec le sable au début (comme avec l’herbe), il s’y est très vite habitué (pas comme avec l’herbe). Il a pu rester un peu sur les serviettes (aussi vieilles que moi elles aussi), mais dans l’ensemble, il a passé son temps à courir partout, rentrer ses pieds dans l’eau, sauter, etc. Sans trop jamais s’éloigner de sa mère, comme durant tout le séjour. Et sans rentrer dans l’eau (Yukiko non plus), car bien trop froide. Il y avait bien des gens qui se baignaient, mais il y a toujours des gens qui se baignent, où que ce soit.

plage1

On a pu lui faire mettre son maillot de bain avec une grosse gueule de requin derrière. Hilarant, mais mignon comme tout.

Pendant que Yukiko et Ryu faisaient les fous dans la mer, moi et mon père nous acharnions à construire un château. Franchement, il avait de la gueule. J’ai pensé à appeler le Guiness Book des records, mais la mer montait alors on n’avait pas le temps. C’est bien l’unique raison qui m’a fait ne pas appeler. J’insiste, c’était l’unique raison.

plage3

Ryu fut très impressionné d’ailleurs. Il a hésité à le détruire.

plage2

Mais finalement il n’a pas osé. Oh il a bien détruit un mur avec son genou pour prendre appui, mais c’est tout. Il faut dire que les douves du château l’ont bien empêché de s’en approcher. Mais, admiratif de notre chef-d’œuvre, il l’a laissé intact.

Résultat de la journée: aucun coup de soleil (ou léger car je m’en rappelle plus). Une Yukiko et un Ryu ravis.

(à suivre, j’espère…)

Voyage en France (suite)

On n’a bien sûr pas oublié d’aller faire le parc safari pas loin de chez mes parents, vu que Ryu adore les animaux. Bon, les gros animaux vus par la fenêtre, ça l’a moins passionné que les petits qu’il pouvait voir de près, mais il regardait bien quand même.

safari

Il ne touche pas, mais il approche la main. On a failli faire un autre parc avec des animaux, mais le manque de jours disponibles (ça passe vite 6 jours) nous en a empêché. On allait pas renoncer à notre farniente du premier jour non plus.

Et puis Yukiko voulait aller à Carnac voir ses alignements [Wikipedia.fr]. Et ben les gros cailloux dans un grand pré (4000 pierres, principalement des menhirs, sur 4 kilomètres), ça l’a pas retourné. C’est surtout de devoir rester planté devant le guide qui l’a rapidement gonflé, car une fois libre de courir à sa guise dans ce même pré, ça allait bien. La visite était rapide (30-45 minutes), et le contenu du récit du guide avait trop d’informations, avec des parenthèses et des détours pour expliquer des tas de trucs. On croirait pas comme ça toute la science archéologique qui existe derrière. Le guide n’avait pas assez de 45 minutes, il faudrait des mois de cours pour bien comprendre tout ce qui touche à ces alignements de Carnac…mais on peut considérer qu’on a eu un début de bases d’explications. On a bien compris que ce n’était pas les extra-terrestres qui avaient posé toutes ces pierres pour nous tourner en bourrique, mais bien des hommes, il y a 6000 ans, qui devaient s’ennuyer ferme pour passer des siècles à monter des cailloux en ligne. Ils en voulaient, ça c’est sûr, et ils voulaient laisser leur grosse marque dans l’histoire.

carnac

300 kilomètres aller-retour n’ont pas eu raison de Ryu qui pétait la forme, dans la voiture à dévorer des pains au chocolat et du pain de mie, et dehors à l’arrivée.

devant

A l’arrivée, c’était apéro, d’ailleurs c’était apéro tous les soirs. Ryu en a profiter pour boire de nouveaux élixirs, comme du Ricqlès (introuvable au Japon), de l’Orangina (trouvable si on cherche), et du Pepsi (introuvable au Japon par ailleurs, bien que des versions “spéciales” soient disponibles partout, comme le pepsi max, ou celle au citron [dont je ne me rappelle plus le nom]). Quoique, “boire” n’est pas le mot exact… il voulait certes boire, mais on ne mettait que quelques gouttes dans la bouche, sur la langue, et aussitôt il se la frottait frénétiquement (le gaz ou l’acidité sans doute), réfléchissait… puis en redemandait. Mais bon, c’est fini tout ça, on est de retour à l’eau, et il ne demande rien d’autre de toute façon.

(à suivre, j’espère…)

Voyage en France

Nous sommes rentrés en France un peu plus d’une semaine (départ un vendredi, retour un dimanche), la semaine dernière. Cela faisait un peu plus de 4 ans que nous n’étions pas allés en France (4 ans et 1 mois); je n’aurais pas pensé que c’était possible, mais avec le nouveau boulot, la maison, et le bébé je n’avais plus de jours de congés, et puis les finances n’étaient pas terribles… Mais on trouve toujours des raisons à tout, alors cette année nous y sommes allés. Moi et Yukiko n’avons pu prendre qu’une semaine, faute de jours de congés suffisant. Il me reste une semaine de congé pour finir l’année, ouille ouille ouille.

Alors, la vision que j’avais de la France était celle donnée par les journaux; en France, on est près de la guerre civile, avec des tas de personnes assassinées, violées, volées, agressées tous les jours, les gens qui massacrent leur famille on sait pas bien pourquoi, ceux qui oublient leurs enfants dans leur voiture, etc etc. Bref, une insécurité totale. Et qu’ai-je trouvé? Absolument rien de tout cela. Je n’ai eu que des personnes sympathiques en face de moi, les serveurs, les caissières, les agents de la SNCF, les gens dans la rue…tout le monde était sympa. Evidemment, on ne peut pas généraliser, mais globalement notre voyage fut humainement chaleureux, et je me demande si je ne vais pas arrêter de lire le journal français sur Internet, car il donne une image biaisée à un point extraordinaire de la France.

Par exemple, j’ai vu qu’un hypermarché Leclerc près de chez nous donnait des scanners de barcode aux clients pour qu’ils scannent eux-mêmes leurs produits pendant leurs courses, et qu’ils n’aient qu’à payer en passant à la caisse (des fois les caissières vérifient, mais le plus souvent non). Incroyable. Mais pas raconté dans le journal. Il n’y a que des mauvaises nouvelles dans le journal.

Ce voyage fut le premier voyage de Ryu à l’extérieur du Japon. Il a été clairement perturbé à mon goût, surtout par le fait qu’il est resté collé à sa mère en permanence…elle ne pouvait pas sortir de son champ de vision pendant plus de quelques secondes sans qu’il hurle. Son père? Rien à foutre, il voulait sa mère, et rien que sa mère. C’est Yukiko qui l’a porté partout où nous sommes allés (même la poussette il n’aimait pas trop, il voulait du contact). C’est très vexant, surtout pour l’image que sa renvoit qu’il ne veut être qu’avec sa mère, parce que au Japon, quand on sort, il se passe très bien de sa mère pour plusieurs heures, et ma compagnie lui va très bien. C’est pas grave, et c’est compréhensible.

Pour ce voyage que nous avions prévu d’être fatiguant, nous ne somme allés qu’à Nantes, pour limiter les déplacements fatiguants; donc pas de visites d’amis sur Paris.

La maison de mes parents avaient beaucoup changé en 4 ans, on a découvert des choses en même temps que Ryu. Et puis ça faisait 10 ans que je n’étais pas allé en France en été (pendant l’été 2000), alors j’ai moi-même un peu redécouvert ce pays.

Le premier jour, farniente. Ryu a découvert l’herbe pieds nus. Il n’a pas aimé la sensation. Je l’ai mis en plein milieu d’un carré d’herbe, et il sautait d’îlot de fortune en îlot de fortune pour regagner la terrasse, tout en ronchonnant. Bah, je comprends qu’on n’aime pas ça les premières fois.

herbeMes parents avaient acheté un petit toboggan, juste à sa taille, en forme de…dinosaure. En forçant un peu l’imagination, on peut y voir un dragon. Et puis le vert rappelle celui de Eliott le dragon.

Il a adoré faire des tours de manège-brouette dans le terrain. Encore une bonne idée de Yukiko pour faire rire Ryu, je me demande où elle va les chercher. Elle devrait écrire un livre sur le sujet un jour.

brouette

Ryu s’est vite adapté au décalage horaire: 2 jours si je me rappelle bien. 2 jours pendant lesquels il a dormi un peu n’importe quand et n’importe où, un peu à l’improviste, mais c’est une machine bien réglée que le rythme des bébés, et il s’est adapté naturellement au rythme du jour et de la nuit, sans qu’on fasse quoi que que ce soit.

sieste

(à suivre)

De mariage

Nous étions de mariage aujourd’hui. C’était une copine de Yukiko qui se mariait. Cette copine est en fait une collègue de sa première compagnie, rentrée en même temps qu’elle juste après la fin de leurs universités respectives. Deux jeunes filles qui venaient de passer 4 ans en université à se la couler douce, propulsées dans l’univers du travail bien traditionnel d’une compagnie spécialisée dans les perceuses de micro-processeurs (une filiale de Toshiba, bien grosse, bien industrie lourde, bien traditionelle). Evidemment, face à ce dont elles étaient témoins (cet univers du travail), elles sont vite devenues proches pour se soutenir l’une l’autre. Et donc, 14 ans plus tard, elles sont toujours proches.

mar1Le couple de jeunes mariés avait fait la cérémonie religieuse un jour précédent, avec juste 3 membres de chacune de leurs familles, donc aujourd’hui, ce n’était que le repas. Il y avait à peine une vingtaine d’invités, c’est le plus petit mariage auquel j’aie participé à ce jour, mais c’est aussi celui qui était le plus à échelle humaine à mon sens (c’était voulu, les invités avaient été triés sur le volet). On ne connaissait personne au départ, mais avec une vingtaine d’autres convives seulement, ça se gère bien.

Ça se passait à Mita (un quartier de Tokyo), au 11 étage d’un petit immeuble discret. Particularité du site, on avait une vue assez directe sur la tour de Tokyo. Amusant.

mar2Ryu fut, en dehors du couple de jeunes mariés évidemment, la vedette du jour. Son costard de bébé, ses risettes, sa peau blanche…et le fait d’être un bébé, en premier lieu bien sûr, lui valurent tout plein d’attentions. C’était une plaisante journée. Ryu fut un peu difficile dans le train du retour, fatigue oblige car il n’avait fait qu’une sieste de 45 minutes dans toute la journée, mais c’est bien de lui avoir donné cette expérience. Le soir, à peine l’avons-nous déposé dans son lit qu’il s’est endormi aussitôt sans demander son reste.

Décès de mon grand-père

(Suite à une erreur de communication, je corrige la date de cet article…)

La nuit dernière, 28 octobre 2009, mon grand-père est décédé. Il avait 86 ans.

Avec lui s’éteint le dernier arrière-grand-parent de Ryu. J’espère qu’il a trouvé la paix.

1988

Cadeau d’anniversaire

J’ai reçu mon cadeau d’anniversaire de mes parents, un peu en avance (pas la peine de me le souhaiter encore, c’est le mois prochain, mais merci de l’attention), lors de leur visite pendant la golden week (une des raisons de mon silence radio pendant cette période).


C’est un casque, oui. Mais atっtention! C’est un casque sans fil, et qui décode le DTS et autres encodages sonores (et essaie de les restituer au mieux). Bon évidemment, question sonorité ça n’a pas le même impact que des enceintes, mais comme je devais faire sans…(un bébé dans la maison, plus une maman aux abois avec mes films de gun, mon home theater était condamné d’avance). Par contre, c’est infiniment supérieur à un casque basique, et c’est peut-être le casque le plus confortable qu’il m’ait été donné de mettre sur la tête. Je sors de deux heures de films sans douleur aucune. Pensez que même avec une batterie qui tient…longtemps (Sony dit 10 heures, mais je n’ai pas testé le casque dix heures d’affilée pour tester), le casque est plus léger que l’ancien (filaire) que j’avais. Et pourtant, l’autre n’était pas un casque premier prix, loin de là.

Le coup du sans fil, c’est assez formidable. Je peux me balader dans toute la maison, je reçois le signal sans problème. Ça va être terrible d’écouter de la musique peinard où que j’aille. Franchement, un excellent casque!

Par contre, je ne pourrai pas l’utiliser quand Yukiko ne sera pas à la maison (ou dormira) mais Ryu oui…car je n’entendrais pas Ryu m’appeler. Avec ce casque on peut vivre dans son monde peinard, mais on est un peu trop peinard :sad: Quand j’y repense, on a un micro one-way pour écouter la pièce de bébé, alors que lui ne peut pas nous entendre (vous voyez de quoi je veux parler…je ne connais pas le nom en français, mais tout le monde doit en avoir). Ce micro, j’aurais dû en acheter un qui s’allume avec plein de diodes quand le bébé pleure ou crie…Ça existe, on en a vu, et ça m’aurait bien aidé sur ce coup. :evil:

Réf: MDR-DS7000 (Site Sony japonais)

Visite à la famille

Souvent au Japon, les femmes qui viennent d’accoucher rentrent habiter chez leurs parents pendant quelques jours/semaines. Je ne vais pas m’étendre sur le sujet, le pourquoi du comment des racines ancestrâles de ces coutumes (allez plutôt lire Wikipedia, qui ne va pas vous en apprendre beaucoup. Il vous faudra savoir lire le japonais, et si vous savez lire le japonais, les chances sont grandes que vous sachiez de quoi je parle [le “satogaeri”, ou 里帰り]).

Yukiko n’est pas rentrée après son accouchement. Et pour que ses parents aient l’occasion de voir Ryu pendant plusieurs jours, ainsi que pour tout simplement marquer le coup et montrer Ryu à toute la famille “de là-bas” (parce qu’il s’agit de Saitama quand même, c’est pas la porte à côté pour nous, hein!), et bien Yukiko est rentrée cette semaine chez ses parents. Ce fut toute une histoire de l’y accompagner, mais j’en parlerai (ou pas) dans un prochain billet.

Se séparer de ma tendre femme et de mon fils adorable me fend le cœur. Je manque de mots pour exprimer le manque et la solitude que je ressens le soir en revenant dans une maison vide. Ils me manquent déjà, c’est affreux.

Ouais.

Cependant, c’est quand même ‘achement cool de pouvoir passer mes soirées à mater des films sur mon plasma géant avec les enceintes qui crachent le feu, à bouffer n’importe quoi (de préférence pas équilibré) et à dormir avec les chats qui me ronronnent dans la figure.

Pas fou non plus le frelon.

Des photos arrivent

J’ai enfin réussi à trouver un peu de temps pour inspecter les photos prises pendant la période de fin d’année…vieux motard que jamais. Il y aura des trucs variés comme…la bûche de Noël.

Oui, enfin non, elle n’avait pas la forme typique d’une bûche, mais au goût je vous assure qu’on ne voit pas la différence.

Puis il y aura des photos de la famille.

Puis des photos des chats.

Que des trucs sympa, quoi.

Cadeau de Noël

Je ne vous ai pas dit ce que j’ai reçu de Yukiko pour Noël? J’ai reçu une Wii. C’était sympa avec la famille qui était là, la Wii est sympa quand on est plusieurs à y jouer.

Mais une fois la famille partie, je n’ai pas eu le courage de m’y mettre tout seul. Ils sont partis le 6 janvier, et mi-février, je commençais à me dire que la Wii était en train de se transformer en presse-papiers. Il se trouve que je ne suis pas un joueur; j’ai une PS3, mais je l’ai achetée pour regarder les films en Blu-Ray (je n’ai qu’un jeu dessus, et je n’y joue absolument jamais). J’avais bien essayé une fois de jouer à la Wii tout seul (une fois la famille partie); j’avais allumé la Wii, m’était installé sur le canapé, avait pris le pad en main…puis avant même de commencer le jeu, ça me gonflait, alors je m’étais levé et avais éteint la TV et la Wii. Motivation pour jouer: zéro. J’ai vraiment d’autres choses à faire qui m’intéressent bien plus.

Après permission de Yukiko, j’ai revendu la Wii aux enchères Yahoo 😳 Oh, c’est pas bien de refourguer les cadeaux qu’on a reçus, je sais…Mais Yukiko avait conscience qu’une Wii n’était pas super bien indiquée pour moi, et le concept de jeter l’argent par les fenêtres n’est pas au goût du jour.

Heureusement pour moi, la Wii a de la valeur sur le marché de l’occasion. La Wii, les deux jeux et quelques accessoires que j’avais achetés avaient une valeur d’environ 40000 JPY (334 €), et j’ai réussi à revendre le tout pour 33000 JPY (275 €). Bon, ça fait toujours 7000 JPY de perte, mais c’est toujours mieux que 40000 JPY de perte, et puis on s’en est servi un peu pendant les vacances tout de même.

A la place, j’ai acheté un nouveau moniteur. Mon ancien moniteur de 19 pouces avait près de 5 ans d’âge, et même si il marchait toujours bien, j’en voulais un plus grand (et puis Mitsubishi, c’est une compagnie que j’ai un peu pris en grippe ces derniers temps).

Mon moniteur de 19 pouces avait coûté 90000 JPY (750 €) à l’époque, mais les prix des moniteurs se sont littéralement effondrés récemment. J’ai donc opté pour un moniteur…de 26 pouces (25,5 exactement) de chez Samsung, au prix de 35000 JPY (292 €) chez Yodobashi Camera, avec 7000 JPY de points pour un achat futur.

Un moniteur 26 pouces, ça change la vie quand on est devant son PC. Au début, normal, j’ai de sacrés problèmes à utiliser toute la place disponible. Mais ça commence. J’ai même commencé à utiliser les gadgets de Vista, qui m’horripilaient avant sur mon moniteur 19 pouces. Maintenant, ils ne sont plus dans mon champ de vision, alors ils ne me dérangent pas.

L’édition de photos est assez agréable sur un grand écran; je me suis découvert une forte envie d’en apprendre plus sur Photoshop (j’ai même commandé un bouquin sur le sujet).

Les films sur cet écran sont un vrai plaisir à regarder, bien plus que sur le 19 pouces.

Et alors le design est assez différent de tout ce que j’ai pu voir chez les autres fabriquants. On aime ou pas, car c’est assez typé, mais moi j’aime beaucoup.

Enfin, on peut trouver parfois de mauvais commentaires sur cet écran, comme par exemple l’angle de vision qui est assez restreint (150 degrés), mais franchement, en me servant du PC ou en regardant des films, je n’ai pu vérifier aucun des problèmes mentionnés sur le net par d’autres utilisateurs (l’angle de vision par exemple…). Pour l’instant (une semaine d’utilisation), je ne trouve aucun défaut à ce moniteur. Pourvu que ça dure.

La photo de janvier

La flemme en janvier n’a pas eu d’égale par le passé. Mais en février, je suis bien parti pour la dépasser.

En janvier, on n’a pas pris de photos de Ryu. Un comble. Heureusement, Yukiko a commencé à souvent rencontré son ex-prof de français pour un échange discussion en français/discussion en japonais, et son ex-prof a pris Ryu en photo, à côté de son propre fils, né un mois avant Ryu.


L’autre bébé est aussi un enfant mixte français-caucasien/japonais (le sujet de savoir si les japonais sont une race unique est ouvert aux opinions), et les deux bébés ne se ressemblent pas du tout; couleur de la peau, forme de la tête, cheveux…Mais les deux sont beaux, et ils se sont, paraît-il, beaucoup appréciés l’un envers l’autre. C’est le premier copain de Ryu!